Opéra-Ballets-Musique

Trisha Brown-4 pièces

Superbes adieux.

Infos & réservation

Théâtre National de Chaillot
1 place du Trocadéro
75016 Paris
Tél. : 0153653000
http://www.theatre-chaillot.fr
ATTENTION: dernière représentation à Paris, le 13 novembre.

Lu / Vu par

Dominique Poncet
Publié le 07 nov . 2015

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Il n y a pas de thème, puisque cette soirée se compose de quatre ballets choisis pour rendre hommage au parcours de la chorégraphe, à sa vie ponctuée de rencontres avec des artistes de tous bords,  musiciens,  plasticiens ou interprètes. 

Ce qui est célébré ici, c ‘est un  art consommé du mouvement, une gestuelle à la fois poétique et abstraite, sans aucun équivalent.

Points forts

- Les pièces en elles-mêmes . Elles sont quatre. Toutes plus fascinantes  les unes que les autres, que ce soit la première (« Solo Olos », 1976) exécutée par cinq danseurs, dans un silence absolu, troué de temps en temps, par de courtes phrases énoncées  par un homme.. Ou la dernière (« Present Tense », 2003),conçue pour sept danseurs sur une musique originale de John Cage… Elles ont beau être différentes, elles portent toutes la « patte » de leur créatrice. Les « signatures »  chorégraphiques ont rarement cette force là.

- La qualité des interprètes .On dirait que chacun des ballets a été écrit pour et sur eux.

- La fascination suscitée par cette gestuelle , qui , on le redit, marie , paradoxalement, complexité, fluidité, poésie et immatérialité.

Points faibles

Ce spectacle, n ‘est pas fait pour les amateurs de danse « incarnée » et sexuée.

En deux mots ...

Une soirée  de danse magistrale, à laquelle on assiste avec d’autant plus d’émotion qu’on sait que c’est une des dernières de la Compagnie Trisha Brown. Cette dernière sera en effet dissoute à l’ issue de cette tournée mondiale , passée par Paris, dans le cadre du Festival d Automne.

L'auteur

Née en 1936 aux Etats Unis, passée par la danse classique, les claquettes et l’acrobatie, Trisha Brown est l ‘une des chorégraphes contemporaines majeures. On lui doit parmi les plus belles pages de l’histoire de la danse américaine. Son credo : ne pas en avoir justement pour laisser la place à une grande liberté de mouvements, face à ses danseurs, à la musique ou encore aux lieux de ses créations. Atteinte par la maladie, celle qui a créé plus de quatre-vingt spectacles a dû récemment céder la barre de sa compagnie. Qui donne ici son ultime spectacle.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.