Le bureau des affaires occultes

Avec un fond historique et sur les traces de Vidocq, un policier aux méthodes originales !
De
Eric Fouassier
Albin Michel, avril 2021
368 pages
20,90 €
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Automne 1830. Après les Journées révolutionnaires de juillet et la chute de Charles X, le dernier Bourbon, le gouvernement de Louis-Philippe Ier, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.

 Valentin Verne, jeune inspecteur de la Brigade des mœurs, est investi d’une mission spéciale par Flanchard, chef de la Sûreté : une enquête sur la mort de Lucien Dauvergne, un fils de famille éthéré et dandy. Les circonstances plaident pour le suicide que la jovialité et le dilettantisme de la victime condamnent néanmoins. Charles-Marie Dauvergne, redoutable homme d’affaires à la réussite ostentatoire, récemment nommé à la Chambre, veut la vérité sur la mort de son fils que le jeune pouvoir en place n’a pas les moyens de lui refuser.

 Verne, policier inclassable et solitaire, va s’exercer à des méthodes inédites, décrypter le pouvoir de l’hypnose et les manipulations attachées et pratiquer les prémices d’une police scientifique. Ses investigations vont le guider jusqu’au club des « Faisans couronnés » qui réunit quelques légitimistes nostalgiques de l’Ancien régime et autres ambitieux, conspirateurs politiques au petit pied. En même temps, Verne se confronte à son propre passé incarné par le Vicaire, criminel en série,et doit mêler crime de droit commun et complot politique.

Points forts

Un rythme haletant mêlant deux histoires. Celle de l’opération de police contre ces complotistes amateurs et celle de la traque d’un criminel insatiable qui hante

la vie et les nuits du jeune inspecteur et le condamne à une forme de réclusion sociale.

Une bonne intrigue policière émaillée de quelques frissons dans le Paris populaire du XIX°  siècle.

Quelques réserves

Quelques maladresses de plume et autres invraisemblances, propres à ce type de récit, qui évitent au héros un trépas pourtant inévitable.

Encore un mot...

 Un roman policier sur fond historique, menant le lecteur dans les méandres du Marais, digne des Mystères de Paris d'Eugène Sue, pour le perdre sur la trace d’un

complot politique quand il est, en fait, essentiellement question de démasquer un prédateur d’enfants, l’enquête confrontant le policier à sa propre histoire et justifiant ses

méthodes originales. Un roman social aussi qui dépeint une société désœuvrée mêlant quelques idéalistes manipulés et autres opportunistes de tous poils, aristocrates ou roturiers, une demi-mondaine, un prédateur sexuel, un médecin dévoyé … avec en toile de fond, un personnage célèbre, le fameux Vidocq, policier aux méthodes efficaces mais réprouvées, fondées sur l’association de la vertu et du crime qui poursuit en coulisse son œuvre de justice iconoclaste.

Une phrase

 “ Le troisième personnage, lui, se tenait en retrait. Un homme en habit noir, avec cape et chapeau haut de forme. Il ne prenait aucune part à la conversation et semblait s’en désintéresser, comme s’il se trouvait plongé dans de lointaines pensées. Pourtant, lorsque sa compagne lui adressa un signe discret après avoir donné sa main à baiser au Docteur Tussaud, il réagit immédiatement et la devança dans l’escalier. Mais il s’exécuta d’une démarche singulière, à la fois raide et saccadée. Sa façon d’aider la femme à s’installer dans le tilbury semblait tout aussi malhabile et hésitante. Puis il contourna lentement la voiture pour venir prendre place à ses côtés. L’espace d’un moment, lorsqu’il se pencha pour desserrer le frein et attraper les rênes, son visage se tourna du côté de Valentin. L’inspecteur reçut alors un véritable choc. Il comprit aussitôt pourquoi l’inconnu lui avait paru si emprunté. Ses yeux écarquillés présentaient une étrange fixité, presque dérangeante, on aurait dit le regard absent d’un dormeur éveillé.”

L'auteur

 Docteur en Droit et en Pharmacie, Eric Fouassier écrit sous deux noms, celui-là, son patronyme, et pour les œuvres réputées plus littéraires, sous le pseudonyme d’Yves Magne. Sa bibliographie est déjà très riche et compte une dizaine de romans policiers ou historiques et quelques nouvelles.

Il a remporté avec cet ouvrage, Le bureau des affaires occultes, le prix 2021 Maison de la Presse.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.