La loi du marcheur

Une leçon de cinéma, une leçon de vie …
De
D’après Serge Daney, Itinéraire d’un ciné-fils. Entretiens réalisés Régis Debray, un film de Pierre-André Boutang et Dominique Rabourdin
Un projet de Nicolas Bouchaud
Durée : 1h50
Mise en scène
Eric DidryEric Didry
Avec
Nicolas Bouchaud
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette
75011
Paris
0143 57 42 14

Thème

  • Serge Daney livre, peu avant de mourir, en 1992, une formidable leçon de cinéma, mais pas que …

  • Interviewé par Régis Debray, Serge Daney se révèle un passeur virtuose, qui s’exprime de façon claire, percutante, avec un sens aigu de la formule.

  • En filigrane, des extraits de Rio Bravo d’Howard Hawks s’intègrent à la mise en scène, offrant de multiples possibilités de jeu entre le plateau et l’écran, entre les comédiens et les acteurs du film.

Points forts

  • La loi du marcheur est tout d’abord un échange profond et très documenté sur le cinéma, mais c’est aussi une sorte de manifeste testamentaire (Daney meurt du Sida peu de temps après). La pièce tire son titre d’une formule de Jean Douchet, à propos de Daney, en forme de clin d’œil à la fameuse “loi du marché“.

  • La pièce est un hommage au cinéma et à son pouvoir de changer nos vies, mais il va plus loin, interrogeant notre rapport à l’art de façon plus générale. Serge Daney nous raconte sa vie, et notamment un inénarrable voyage à Hollywood en compagnie de Louis Skorecki, alors critique cinéma à Libération.

  • Daney évoque aussi ses engagements, ses passions, l’arrivée du petit écran, bref sa vie, un exercice de roue libre parfaitement maîtrisé que seuls peuvent se permettre ceux qui ont beaucoup à raconter, car ils ont beaucoup vécu et beaucoup réfléchi au monde qui les entoure. L’intérêt de la pièce tient à l’intérêt que Daney porte à une multitude de sujets qu’il commente, partageant ses réflexions sur le cinéma, l’art, la société.

  • Nicolas Bouchaud s’empare magistralement de la parole de Daney, à tel point qu’on a vraiment l’impression qu’il nous parle de lui. La transposition de la parole à la scène est parfaitement fluide. Nicolas Bouchaud excelle dans les seul-en-scène, et semble ici s’amuser à jouer avec les spectateurs dans une séance de plaisirs collectifs intenses.

Quelques réserves

  • Pas de réserve particulière. L’attention de faiblit pas tout au long du spectacle, Nicolas Bouchaud étant un conteur merveilleux, capable de nous captiver pendant près de deux heures.

Encore un mot...

  • La pièce prend sa source dans Itinéraires d’un ciné-fils, le film documentaire de 1992 réalisé par Pierre-André Boutang et Dominique Rabourdin.

  • La loi du marcheur a été créée en 2010

Une phrase

  • « Le cinéma est un art réaliste, sinon rien. »
  • « Il y a des cinéastes qui font des images qui ne vendent rien. »
  • « Est-ce qu’on peut critiquer la télévision sans critiquer le public auquel elle s’adresse ? »
  • « Rio Bravo c’est le premier film sur lequel j’ai écrit dans ma vie. »

L'auteur

  • Serge Daney est né le 4 juin 1944 à Paris, où il est mort le 12 juin 1992.
  • Il fut rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, avant de travailler pendant dix ans à Libération, puis de fonder la revue Trafic, avec Jean-Claude Biette.
  • Figure centrale de la critique cinématographique en France, Serge Daney a également collaboré à France Culture et enseigné au département de cinéma de l’université de Censier.
  • Après sa mort, POL publia l’intégralité de son œuvre critique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Violet
De
Nordine Ganso
Seul en scène
Monsieur Motobécane
De
De Bernard Crombey, d’après Le ravisseur de Paul Savatier
Seul en scène
Pauline & Carton
De
D'après les mémoires de Pauline Carton