Thêatre-Spectacles

WILDE-CHOPIN, SCHUBERT,SCHUMANN,RAVEL,BACH…

lecture musicale ... De Profundis
Avec Récitant : Michel VOLETTI, au piano : Michaël LIPARI-MAYER

Infos & réservation

Le RANELAGH
5, rue des Vignes
75006 Paris
Tél. : 01 42 88 64 44
http://www.theatre-ranelqgh.com
les lundis à 20H30 jusqu’au 9 décembre 2019

Lu / Vu par

Catherine Bonte de Cuniac
Publié le 27 nov . 2019

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

- Mis en scène et en musique de la lettre d’amour, écrite par Oscar Wilde à son jeune amant du fond de sa prison de Reading.

- Détresse, amertume et douleur nourrissent une réflexion sans convention sur l’humanité, la société, l’amour, la beauté, le pardon.

- Une lecture musicale bien plus qu’un accompagnement : Chopin, Bach, Schubert, Ravel, répondent aux aphorismes et aux cris de Wilde.

Points forts

- Ambiance intimiste, on est en noir et blanc pour un huis clos feutré, poignant, tout en sensibilité, vérité, émotion et beauté.

- Le texte limpide de Wilde, bien sur. Mise à nu d’un homme lucide  autant que blessé.

- La sensibilité et la sobriété de Michel Voletti, à la voix envoutante.

- Michaël Lipari-Mayer, au piano, merveilleusement en phase, qui lui répond dans un partage subtil et virtuose.

Points faibles

Dommage qu’il y ait si peu de représentations !

En deux mots ...

Un moment magique de grâce et de vérité

Un extrait

«  Tu es venu à moi pour apprendre le plaisir de la vie et celui de l’art. Peut être suis je destiné à t’enseigner quelque chose de plus merveilleux : le sens de la douleur. »

L'auteur

Oscar Wilde,  écrivain, poète, romancier et  dramaturge irlandais naît à Dublin en 1854.  Esthète et dandy il conquiert la bonne société londonienne dans différents genre littéraire : un volume de poésie, dialogues et essais où il précise sa théorie esthétique et son roman « le portrait de Dorian Grey » où s’entremêle, beauté et décadence. Ses comédies de moeurs et sa personnalité hors du commun, son esprit mordant et brillant assurent sa renommée. Sa pièce « L’Important d’être constant » est un triomphe  à Londres. Mais en accusant pour diffamation le père de son amant, Oscar Wilde après plusieurs procès se trouve condamné et emprisonné, c’est en prison qu’il écrit cette lettre à son amant qu’on appellera « De Profondis ». Ruiné, il se réfugiera à Paris où il publiera « La Ballade de la geôle de Reading » Il mourra sur le continent dans le plus profond dénuement à l’âge de quarante six ans.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.