BERENICE

L’Amour sacrifié sur l’autel de la raison d’État. Un drame éternel revisité
De
Jean Racine
Mise en scène
Muriel Mayette-Holtz
Avec
Carole Bouquet, Fréderic de Goldfiem, Jacky Ido, Augustin Bouchacourt, Eve Pereur
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de la Scala
13 bd de Strasbourg
75010
Paris
01 40 03 44 30
Du 15 septembre au 12 octobre 2022, du mardi au samedi à 21h15 – le dimanche à 17h30

Thème

  • Titus, qui vient de succéder à son père Vespasien,  aime passionnément Bérénice, reine de Palestine (la Judée du Ier siècle de notre ère), qui l’aime en retour. Ils se sont destinés l’un à l’autre carTitus a promis le mariage. 
  • Las, le Sénat romain, craignant la colère d’un peuple xénophobe, s’oppose à l’union de son empereur avec une étrangère. Cerise sur le gâteau, Antiochus, meilleur ami de Titus, est secrètement amoureux de la reine. On imagine alors son tourment lorsque l’empereur charge son compagnon d’annoncer à Bérénice qu’il renonce à son amour pour raison d’État. Antiochus a-t-il  une chance désormais ? Que va devenir la reine ? 
  • Une précision : la scène se déroule dans une sorte de loft New Yorkais, les costumes sont à l’avenant, un grand lit trône au milieu de la scène !

Points forts

  • Fréderic de Goldfiem campe un Titus impérial, réunissant forte présence, émotion retenue, crédibilité sans failles.
  • Carole Bouquet, souveraine, exprime avec justesse le bouleversement de ses sentiments tour à tour enthousiastes, déçus puis résignés. Et toujours un texte admirable mais ici allégé, amputé des considérations politiques de l’original dédié au “sacrifice“ amoureux du jeune Roi soleil. Les alexandrins sont puissants et mélodieux, mis en musique avec délicatesse contrastant avec la cruauté des situations. La torture morale des uns n’a d’égale que la classe majestueuse des autres. Les sentiments sont purs et exacerbés, la chute est inexorable. Un  “scénario“ terriblement efficace.

Quelques réserves

  • Une mise en scène dépouillée à l’extrême, et un “laisser aller“ assez convenu dans une représentation du quotidien  contemporain ordinaire et  dérangeante.
  • Une mise en route quelque peu laborieuse, desservie par une diction “murmurante“ de Bérénice au lever de rideau.

Encore un mot...

Ce qui est remarquable dans cette pièce de Racine en particulier, si actuelle trois siècles et demi après sa création à l’hôtel de Bourgogne, c’est la non-violence physique. Pas de combats, pas de morts. Mais comme le dit si bien Carole Bouquet (estimant qu’il s’agit là de la plus belle mise en scène de Bérénice) : «  Il y a pire que la mort, il y a le renoncement. »

Une phrase

« Rome, par une loi qui ne peut changer
N’admet avec son sang aucun sang étranger
Et ne  reconnait point les fruits illégitimes
Qui naissent d’un hymen
Contraire  à ses maximes. » (acte II, scène 2)
Et pour conclure :
« Il ne s’agit plus de vivre,  il faut régner. » (acte IV scène 5)

L'auteur

  • Chacun connait Jean Racine, le dramaturge classique parmi les classiques,  et sa passion pour les amours contrariés.  Sa carrière fut exceptionnelle (il naquit  en 1639 mourut en 1699), adulé par le roi Louis XIV dont il fut l’historiographe, encouragé par Madame de Maintenon, et formé à Port Royal chez les Jansénistes. Il enchaina les succès après La Thébaïde, avec Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice (1670), Iphigénie (1674), Phèdre (1679), sans oublier Les Plaideurs, sa seule pièce comique (hélas). 
  • Point n’est besoin de trop d’effort pour se souvenir : « Tout Picard qu’il était, c’était un bon apôtre » !  Racine avait sa muse, sa Carole Bouquet, la fameuse Champmeslé, qui joua dans toutes ses  pièces et fut “sociétaire“ de l’Hôtel de Bourgogne fondé par le roi, la future Comédie française.
  • Mais saluons aussi la talentueuse metteure en scène Muriel Mayette-Holtz, qui a su  remettre cette Bérénice au goût du jour. Elle monta sa première Bérénice en 2011 à la Comédie Française, qu’elle fut la première femme à diriger. Comédienne, elle y rentra à vingt ans. Formée par Michel Bouquet, elle joua sous la direction d’Antoine Vitez, Jacques Lassalle, Matthias Langhoff, Philippe Adrien. Elle a monté plus de quarante spectacles. En 2015, elle est nommée directrice de la Villa Médicis. Chevalière de la Légion d’Honneur. Elle dirige aujourd’hui le CDN Nice Côte d’Azur.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Lady Agatha
De
Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba
Théâtre
C’est un métier d’homme
De
L’Oulipo : Michèle Audin, Paul Fournel, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Clémentine Mélois, Ian Monk