La peur

Le piège de la vérité
De
D’après la nouvelle de Stefan Zweig (librement adaptée)
Durée : 1h15
Mise en scène
Elodie Menant
Avec
Hélène Degy (en alternance avec Elodie Menant), Aliocha Itovich (en alternance avec Arnaud Denissel), Ophélie Marsaud.
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

La Scala
13 boulevard de Strasbourg
75010
Paris
01 40 03 44 30
Jusqu’au 10 mai 2024. Du mardi au samedi à 19 heures. Le dimanche à 15 heures. Relâche jeudi 11 avril

Thème

  • Irène semble être une femme insouciante et oisive qui souffre du manque d’attention de son mari, Fritz, préoccupé par sa carrière d’avocat pénaliste. Elle se tourne vers Edouard, son professeur de piano, déclenchant le soupçon d’adultère, trame de l’intrigue, qui donne lieu au chantage d’une tierce personne qui prétend être la maîtresse d’Edouard. 

  • Sous l’apparence banale d’une histoire de couple qui s’essouffle, sous le poids des habitudes, des contraintes et du manque de communication, se cache un bras de fer psychologique où la jalousie, la manipulation et le désir de soumission se déploient dans une constante tension, et ce jusqu’à un dénouement final surprenant. 

Points forts

  • Les comédiens jouent en finesse des personnages dont le comportement évolue sans cesse, s’infléchissant subtilement pour évoquer diverses formes d’emprise et de mensonges dans une mise en scène où les murs du domicile conjugal sont mouvants comme la relation elle-même, éprouvante et fragile.

  • La violence psychologique à l’œuvre se lit dans les corps et dans les dialogues, hésitants et confus comme l’altération du jugement d’Irène conduite au bord de la folie.

  • L’intrigue demeure complexe jusqu’à la fin entre les trois protagonistes, laissant survenir l’effet de chaque action suivant une configuration inédite. 

  • La peur, élément central de l’intrigue, s’installe et devient palpable jusqu’à devenir oppressante.

Quelques réserves

  • Aucune.

Encore un mot...

  • Le thème central du mensonge dans le couple irrigue le scenario dans un dispositif asymétrique : Irène ment pour sauver son couple, alors que son mari manipule pour la soumettre et la corriger en quelque sorte, tout en assouvissant une secrète délectation du trouble qu’il déchaîne. L’objectif de faire avouer sa femme domine tout comme s’il s’agissait d’une accusée qui devait passer en jugement, au mépris des conséquences affectives pourtant prévisibles. 

  • Le piège de la vérité, après une chaîne de mensonges autoengendrés, sert finalement l’éclatement d’une réalité supérieure.

Une phrase

Irène : « Tu m’as fait peur, je croyais que tu allais me frapper. »
Fritz : « Ce n’est pas la peur, c’est la honte. »

L'auteur

  • Stefan Zweig, mort en 1942, est l’un des écrivains les plus célèbres du XXe siècle, et reste parmi les plus lus encore aujourd’hui.

  • La peur est un texte dont l’actualité traverse les temps depuis sa publication en 1920 à Berlin jusqu’à ses multiples adaptations cinématographiques. Cette version de la nouvelle a été adaptée par Elodie Menant en 2014.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare