Le Jeu de l'Amour et d'Offenbach

Fantaisie joyeuse de l'amour et du hasard
De
Yves Coudray
Musique de Jacques Offenbach
Mise en scène
Yves Coudray
Avec
dwige Bourdy ou Mélanie Boivert, Jean Michel Sereni ou Lionel Peintre, Piano, Nina Uhari,ou Erika Guiomar ou Sophie Teulon.
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de Poche Montparnasse
75 Boulevard du Montparnasse
75006
Paris
0145445021
Jusqu' au 16 novembre: Du mardi au samedi à 19h, dimanche à 17h.

Thème

1875, une soprano et un baryton se retrouve par hasard lors d’une audition préparatoire à la tournée en Amérique de Jacques Offenbach.

Il se sont aimés vingt ans plus tôt et ne s’étaient pas revus.

La surprise passée, ils évoquent leur vie et leur histoire au gré des oeuvres qu’ils ont chantées ensemble, de leur coup de foudre au désenchantement, de leur séparation et au chamboulement de leurs retrouvailles inespérées.

Points forts

Cette fantaisie  d’une heure est un prétexte sympathique pour voyager dans le répertoire  des œuvres célèbres  d’Offenbach  (La Périchole, Orphée aux enfers, la vie parisienne...), mais aussi d'oeuvres plus rares, et tout aussi merveilleuses (Fantasio, Boule de Neige, La Créole, Une nuit blanche...)

J’ai trouvé ce spectacle vraiment original dans sa construction. On est porté par les retrouvailles de ce couple, dont on sent que leur vie, meurtrie par leur séparation, a été jalonnée de désenchantements affectifs et professionnels.

Avec cette audition, ils espèrent le nouveau départ de leur carrière en perdition, et c’est finalement une aventure plus romantique qui les transportera.

L’adaptation des  extraits des  œuvres d’Offenbach  sur cette rencontre est talentueuse en ce qu’elle retranscrit parfaitement les doutes, la tristesse, l’émotion et la joie des personnages.

La configuration de la salle, offre par ailleurs, une véritable proximité physique avec les comédiens,  qui augmente l’impact émotionnel du spectacle.

Quelques réserves

Je n’en vois pas.

Encore un mot...

L'Amour, toujours l'Amour...

Une phrase

« Je t’aime Bigaud, et ne peux vivre sans t’adorer »

L'auteur

- Yves Coudrai débute à l ‘âge de 7 ans dans le rôle principal du feuilleton Graine d’ortie. Pendant dix ans il jouera au cinéma et à la télévision aux côtés d’acteurs tels que Pierre Fresnay, Jacques Weber, Jean Piat, Jean Carmet.  

A 18 ans il intègre le Conservatoire National de Musique et débute une carrière de chanteur, avec une prédilection pour le répertoire lyrique français . Parallèlement à sa carrière d’interprète, il signe de nombreuses mises en scène et consacre une partie de son activité à la  formation scénique  de jeunes chanteurs ( Opéra de Paris) .

Il se passionne pour des œuvres d’opéra comique, et d’opérette injustement oubliées .
Depuis 2010, Il est directeur artistique du Festival d’Offenbach d’Etretat, pour lequel cette pièce a été crée.
 
- Coté musique, rappel de quelques repères concernant Jacques Offenbach:
Il est né a Cologne en 1819. Le jeune Jacob révèle très jeune des dons pour le violoncelle. Son père Isaac Offenbach, cantor de la synagogue, lui fait poursuivre ses études musicales à Paris, seule ville ou un artiste juif peut à l’époque faire carrière.
Après une carrière de soliste virtuose,  il devient, en 1847, directeur musical de la Comédie Française, grâce à la notoriété des mélodies qu’il compose .
En 1855, il crée son propre théâtre, Les Bouffes du Nord. Parmi ses oeuvres les plus connues, Orphée aux Enfers  (1858), Les Contes d’Hoffmann (1881), la Belle Hélène, La Vie Parisienne, La Grande Duchesse de Gérolstein ( 1867).
En 1873, il prend  la direction du Théâtre de la Gaité. Mauvais gestionnaire, le coût exorbitant des productions le conduit à la ruine, en 1875.
Il règle ses dettes grâce à sa fortune personnelle et à la tournée qu’il donnera en Amérique en 1876; il tirera de ce périple un livre publié en 1877 : Notes d’un musicien en Voyage.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Je pars sans moi
De
Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon (inspiré des œuvres du psychiatre Gaetan de Clérambault et des écrits de Fernand Deligny)