Le Manuscrit de Rembrandt

Lumière et ombres d'un génie
De
Céline Duhamel
Adaptation du livre de Raoul Mourgues
Mise en scène
Patrick Courtois
Avec
Céline Duhamel, Patrick Floersheim, Jean François Vlérick
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre du Ranelagh
5 rue des Vignes
75016
Paris
0142886444
Du mercredi au samedi, à 19h; et le dimanche, à 15h

Thème

A partir d’un manuscrit hypothétique de Rembrandt, Céline Duhamel fait revivre le peintre, sa vie, sa vision du monde, en y ajoutant le prisme d’une femme qui lui est proche mais dont on ne sait pas très bien qui elle est, et qui le fait s’interroger sur la vie, la mort, et livrer, en quelque sorte, son testament philosophique.

Points forts

1 Une esthétique particulièrement soignée. La scène est un vrai tableau du Maître, avec des lumières magnifiques, de ces clairs-obscurs qui étaient sa spécificité,  un mobilier simple dans un logement simple,  quelques ustensiles, du linge d’un blanc éclatant et un fond noir parfait.  Les costumes sont aussi très soignés…

2 Jean François Vlérick campe un Rembrandt inspiré, terriblement égocentré; ce qu’il était sûrement, quand on sait qu’il a fait 62 autoportraits! 

Vlérick nous fait bien ressentir l’ambiance étouffante de son microcosme. On y découvre la vie familiale très difficile du peintre, qui perd successivement ses 3 femmes et ses enfants, dont le dernier mourra juste avant lui. On y apprend ses traits de caractère : homme secret, volontiers cupide, dispendieux ; il sera d’ailleurs ruiné. On y apprend qu’il fut aussi un remarquable graveur; qu’il avait une technique extraordinaire; qu’il détenait le secret des ombres et des lumières et qu’en cela il était le peintre de l’âme humaine.

3 Avoir fait intervenir une tierce personne est une bonne idée ! Cette femme, qui  pourrait représenter, tour à tour, les femmes qui l’ont entouré, donne un un surcroît de vie à cette évocation.

 

Quelques réserves

C’est un exercice difficile de créer un spectacle à partir d'un manuscrit philosophique! Céline Duhamel l’a bien compris puisqu’elle a rajouté ce personnage féminin, pour essayer de donner vraiment vie à ce texte ! Mais la vie de Rembrandt s’y prêtait-t-elle vraiment ? Cet homme était tout "intérieur", s'extériorisant essentiellement  dans son art...

Encore un mot...

C’est un spectacle grave. Il demande au spectateur de rester éveillé et très attentif. Certes on y apprend ou réapprend pas mal de choses sur la vie de Rembrandt, et c’est intéressant. Mais cet homme qui,  de son vivant, ne se dévoilait guère, même à son entourage, garde beaucoup de secrets. Il reste que l’on éprouve ici un choc esthétique, et ce n’est pas rien…

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
FOLIE
De
Jean-Michel Ribes et Roland Topor