REVELATION…S

Révéler son jardin secret peut faire l’effet d’une bombe sur la table du diner de famille
De
Jean-Eric Bielle
Avec
Véronique Genest, Daniel Russo, Edouard Colin et Messaline Paillet
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de Passy
95, rue de Passy
75016
Paris
01 82 28 56 40
Du 25 /11 au 31/12 (prolongation possible). Du mardi au samedi à 21h et le 31 décembre à 21h

Thème

  • Un couple bien établi reçoit à diner dans son bel appartement parisien ses enfants Alice et Sébastien,  fort sympathiques et déjà bien partis dans la vie. Les parents impatients sont un peu fébriles : Charles va-t-il mettre une cravate ? Quant à Marie, elle a mis, semble-t-il, son plus beau pyjama. Sébastien, beau garçon aux cheveux longs, apparaît, puis survient Alice, brillante et très jolie avocate, qui a des confidences à faire, une révélation de la plus haute importance, parait- il ! 
  • On prend l’apéritif d’abord bien tranquillement et joyeusement, tandis qu’Alice fait un peu languir ses parents.  Le père est persuadé qu’il y a des fiançailles dans l’air, et chacun y va de ses suppositions. Et là, patatras ! C’est la révélation, et quelle révélation ! On est à 1000 années-lumière du bout de ce  chemin prometteur qui semblait tout tracé. 
  • Marie, effondrée, a besoin d’un remontant. Son mari aussi. Mais le plus dur est à venir…et à entendre. Sébastien a, lui  aussi, des choses à dire, à commencer par avouer un gros mensonge et quelques écarts de conduite qui pourraient le conduire en prison, et tout ça au nom d’une noble cause.
  • Dans le registre des aveux, les parents ne vont pas demeurer en reste. Les fantasmes et aventures de “Madame“, les problèmes de “Monsieur“ vont, de quiproquos en confidences émouvantes,  nous emmener de surprises en surprises, au plus profond de nos jardins secrets…

Points forts

  • Beaucoup de simplicité, beaucoup de naturel. Le spectateur se prend au jeu dans l’exercice des devinettes, effet de surprise garanti entretenu par l’interprétation remarquable des acteurs, Madame Véronique Genest au premier chef pour son expressivité et sa gestuelle, la bonhomie et la gouaille de Daniel Russo venant en contrepoint. Les seconds rôles, qui n’en sont pas, sont excellents également. Une révélation (ou plutôt deux) de plus !
  • Le texte et les réparties sont jubilatoires, les “révélations“ ne sont jamais convenues, et l’on rit de (très) bon cœur.

Quelques réserves

  • Je n’en exprime aucune. Les boulevards traversent Passy maintenant, et ça fait du bien !

Encore un mot...

  • En cette époque de fractures inter générationnelles et de dislocation familiale, il est réconfortant de plonger dans cet univers joyeux et équilibré mettant en avant des valeurs traditionnelles qui font montre de résistance dans le contexte actuel. Un bijou de famille.

Une phrase

Sébastien
« 
Papa, maman il faut que je vous avoue, cet été je n’étais pas en Inde…
- Mais ou étais tu donc ?
- Je suis resté en France
- Ah bon ? Tu avais du travail ?
- Non, ou plutôt oui, j’avais un braquage.
- Mon Dieu ! Une banque ! Mais si tu avais besoin d’argent il fallait nous le dire !
- Non, un magasin de chaussures
- ??? Mais pourquoi ? Papa en a plein à te prêter !
- Non, c’est pour le cuir.
 »

L'auteur

  • Jean-Eric Bielle, auteur-scénariste, dramaturge, humoriste, est né en 1957, et après ses études de droit, il a entamé une carrière d’humoriste et de producteur à la radio et à la télévision, avec des émissions - notamment axées sur le cinéma - destinées aux premières “radios libres“. 
  • Bielle rejoint ensuite la mythique émission de Canal+, Nulle part ailleurs. Il collabore ensuite pendant huit ans à l’aventure des Guignols, dont il devient l’une des voix. Il poursuit sur France Inter avec l’émission de Laurent Ruquier Rien à cirer. Il travaille avec Guy Carlier et Jacques Martin puis reprend ses activités de producteur/animateur aux côtés de Philippe Gildas, Michel Drucker ou Michel Denisot, Patrick Sébastien  ou encore Antoine de Caunes. 
  • Aujourd’hui, Bielle écrit des livres (Vivre heureux et mourir serein) et des séries pour la télévision avec de temps en temps la réalisation d’imitations et des créations de voix dont les plus réussies restent celles de Giscard d’Estaing, Mitterrand, Jean “Mimi“ Larqué , Jean Pierre Coffe. Il a aussi sévi comme rédacteur dans la pub, pas le même style que Fr. Beigbeder cependant ...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare