Livres/BD/Mangas

La France Périphérique

Chronique publiée le 3 novembre 2015. Pour fêter ses 7 ans, Culture-Tops lance « 7 ANS DE COUPS DE CŒUR » : une sélection des meilleurs livres publiés depuis 2013, proposés pendant toute cette période de confinement. Bonne (re)
De Christophe Guilluy
Editions Flammarion

Lu / Vu par

Jean Louveau de La Guigneraye
Publié le 30 avr . 2020

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

La République en défaut et en danger.

En France les métropoles produisent 2/3 du PIB national, elles concentrent 80% de la population nationale, ce sont les vitrines de la mondialisation, une mondialisation heureuse profitant à ceux qui sont proches de territoires « dynamiques ». 

Dans ces grandes villes on retrouve une « inégalité sociale et culturelle sans précédent », que le marché de l’emploi relègue au rang d’épiphénomène : dans ces métropoles multiculturelles, l’inégalité fonctionne et notre vieux modèle républicain n’a presque plus cours. Ces pôles, où naissent un communautarisme plus ou moins dense, concentrent des populations clivées entre une surreprésentation de classes supérieures et une catégorie précaire, « essentiellement issue de l’immigration ». Aujourd’hui, la classe moyenne n’est plus qu’un mythe entretenu par les partis politiques dominants pour légitimer leurs choix; la moyennisation de la société française a pris fin et de « nouvelles catégories populaires nées de la ruine de la classe moyenne » nourrissent les rangs de la délaissée France périphérique. Une France composée de classes populaires extrêmement fragiles socialement, qui ne croit plus au discours des partis traditionnels de gauche et de droite comme le montre la montée du vote FN.

En somme, Christophe Guilluy dresse le portrait d’une nouvelle France, un société qui se dessine à la périphérie des pôles économiques dynamiques, une contre-société sédentaire, porteuse d’un futur « modèle politique alternatif ».

Points forts

• Au niveau de la construction : Une lecture rapide, un plan simple, des chapitres courts parsemés de chapôs thématiques ; toutes les conditions sont réunies pour suivre sans difficultés la réflexion de l’auteur.

• Les pieds dans le plat : Guilluy à le mérite de ne pas faire dans le politiquement correct particulièrement lorsqu’il pointe du doigt : la crise du « modèle dominant » qui va devoir faire face à un grand mouvement de relocalisation ; la vision irénique des élites auxquels ces derniers ne participent évidemment pas puisqu’ils ont les moyens d’échapper au « vivre véritablement ensemble » ; quand il parle de « stratégie d’évitement » des classes populaires qui s’éloigne des lieux ou l’immigration est majoritaire ; ou des « classes dominantes, singulièrement à gauche » qui – ayant rejoint les rangs de la bourgeoisie traditionnelle – usent à l’envie de l’image de classes populaires infantiles et incultes, « manipulées par les forces obscures du populisme ». La liste est loin d’être exhaustive…

Points faibles

La représentation traditionnelle opposant la ville à la campagne étant caduque, Christophe Guilluy propose une nouvelle lecture entre des territoires « intégrés économiquement » et ceux qui ne le sont pas, mais peut-on tout expliquer à la lumière de la « géographie sociale » proposée par l’auteur ?

En deux mots ...

Un livre saisissant ! Une lecture qui ne peut pas laisser indifférent tant le travail de Christophe Guilluy donne à voir un miroir de la France, ou de deux France, dont l’une est totalement oubliée et qui ne nous rappelle que trop les errances d’un « modus vivendi » bien inégalitaire. La France périphérique est le constat de l’échec d’un modèle, une analyse sur laquelle il serait sage de méditer sérieusement.

Une phrase

Il y en aurait beaucoup à citer … Prenons en deux :

- “Aveuglés par la thématique du ‘’gettho’’ et par les tensions inhérentes à la société multiculturelle, on oublie souvent que les rares ascencions sociales en milieu populaire sont aujourd’hui le fait de jeunes issus de l’immigration.”

- “Les categories populaires ont joué le jeu […] porté l’adaptation de la société française à l’économie-monde. De la même manière, elles n’ont pas une peur irrationelle du multiculturalisme, ce sont elles qui ont pratiqué dans le réel les échanges avec l’autre […]. Elles en ont tiré un bilan, calme et rationnel. La résurgence du « village » apparaît comme une réponse concrète des catégories modestes à l’insécurité sociale et culturelle. »

L'auteur

Christophe Guilluy est géographe. Il est l’auteur de plusieurs essais dont le remarqué Fractures françaises (2013). Cet ouvrage servira de « point de départ » à un documentaire choc de Jean Robert Viallet : La France en face.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.