Livres/BD/Mangas

Les Simples

XVI° siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas
De Yannick Grannec
Editions Anne Carrière 445 p. 22€

Lu / Vu par

Anne Jouffroy
Publié le 01 avr . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

1584, en Provence dans l’arrière-pays vençois. Les Bénédictines de Notre-Dame du Loup cultivent les simples (les plantes médicinales), tiennent un hôpital pour les nécessiteux et vendent les produits de leur herboristerie jusqu’à la cour de France. Depuis François 1er, dont elles avaient soulagé les douleurs à son retour d’Italie, les Bénédictines bénéficient d’un statut singulier : dégagées de la tutelle de Rome, elles gèrent en toute indépendance leurs importants revenus.

 Cette petite communauté, irréprochable, est un havre de paix voué à Dieu et aux malades mais tout va basculer avec l’arrivée d’un nouvel évêque à Vence, très intéressé par les bénéfices de l’herboristerie. Il décide d’entacher la réputation des religieuses afin que Rome place, de nouveau, l’abbaye sous la tutelle diocésaine. 

Mais il va semer le chaos bien au-delà de ses propres espérances. Sous prétexte d’une visite annuelle, il envoie à l’abbaye 2 vicaires dont un charmant jeune homme. Tel un ricochet sur une eau calme qui, de vaguelette en vaguelette, finit par provoquer un tsunami, le jeune homme va bouleverser l’équilibre fragile de l’univers clos de la communauté féminine. Et, ceci, jusqu’à déchaîner un procès en sorcellerie contre la doyenne, soeur Clémence, herboriste et guérisseuse.
En fait, la thématique générale des Simples est la condition féminine à la Renaissance, période de moindre liberté pour les femmes que le Moyen Âge. 

C’est vers la fin du XVI° siècle, sur fond des Guerres de Religion, qu’on a vraiment commencé à pourchasser et brûler des femmes initiées, de génération en génération, à la pharmacopée et à la médecine de bon sens, de terrain. Ce "savoir des femmes » est reconnu, par certains, comme une vraie science mais considéré, par d’autres, comme de la sorcellerie. Et s’ajoute le poids du corps médical qui souhaite interdire à ces femmes le droit d’exercer sans diplôme.

Points forts

 - L’intrigue structurée dont la tension ne faiblit jamais pendant les 440 pages.

- L’écriture très XVI° siècle : élégante, poétique et truculente. 

- La galerie remarquable de personnages. Même les plus indignes sont attachants sous la plume «humaine» et amusée de Yannick Grannec. 

- La bibliographie historique et médicinale qui sous-tend cette fiction historique.

- Le titre qui joue sur les mots : les simples, les plantes, et les personnages jamais aussi simples qu’il n’y paraît.

Points faibles

Je n’en vois aucun

En deux mots ...

Yannick Grannec est une conteuse-née.
Laissez-vous embarquer dans ce roman qui fait penser au fameux Au nom de la rose.
D’ailleurs ce roman, Les simples, mériterait aussi d’être adapté au cinéma

Un extrait

« Sur les berges, soeur Clémence a récolté des brassées d’orties, d’herbe du bon soldat et les premières têtes de pas-d’âne. Elle cueille ces dernières à peine écloses et les séchera au plus vite. Trop ouvertes, elles perdent leurs vertus en mûrissant leurs graines. Ce soir, elle en composera une infusion pour soigner les vilaines toux de ses soeurs. (…) Son panier déborde d’asperges sauvages qui agrémenteront la collation du dîner. La fin du jeûne de carême redonne un brin de gentillesse aux anciennes et un souffle de couleur aux novices. Soeur Clémence a peu d’espoir que sa cueillette mette la soeur cuisinière dans de meilleures dispositions. Jamais les simples ne rendront aimable cette rosse. A croire que la fréquentation des fourneaux a asséché son âme. » (p.16)

L'auteur

Oui, Yannick Grannec est une auteure. Son prénom breton est épicène, il est commun aux filles et aux garçons avec la même orthographe.
Ses 2 romans précédents sont La Déesse des petites victoires (Prix des libraires en 2012) et Le Bal mécanique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.