Vive le mois de juin ! Théâtre, cinéma, expositions... Retrouvez nos chroniques pour guider vos choix

Livres/BD/Mangas

UN VOISIN TROP DISCRET

N’est pas tueur qui veut. Une critique sévère et humoristique de la présence américaine en Afghanistan.
De IAIN LEVISON
Traduit de l’anglais par Fanchita Gonzalez Battle - Edition Liana Levi, mars 2021 - 218 pages - 19€

Lu / Vu par

Martine Monsallier
Publié le 11 mai . 2021

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Aux USA, un sexagénaire sort de chez son médecin, désolé d’être en bonne santé. En rentrant chez lui, il croise sa voisine, Corina et son fils et lui, si peu sociable habituellement, échange quelques mots. A travers la cloison il entend que la jeune femme est désespérée car son compte en banque a été vidé. Elle est mariée à Grolsch, militaire des forces spéciales, sniper. Kyle, lui aussi militaire dans les forces spéciales, demande à son amie d’enfance, Madison de l’épouser.

En fait il est homosexuel et c’est très mal vu si on veut réussir sa carrière. Elle accepte car cela lui procure sécurité et soins gratuits pour son fils. En Afghanistan, Grolsch et Kyle se retrouvent dans la même unité. Grolsch ne respecte pas la procédure lors d’une mission et ils risquent tous les deux d’être rétrogradés. En rentrant, Kyle craignant de ne jamais être promu, en parle à Madison et pour « régler le problème » ils décident de tuer Grolsch.

Points forts

Une critique sévère de la présence américaine en Afghanistan.

Les hommes qui reviennent de ces opérations ne sont plus qu’une « coquille vide ».

Une description de la vie dans une base militaire très crédible et émouvante.

Et enfin grâce à un retournement de situation un humour grinçant sous-jacent.

La tension bien que palpable n’est jamais loin de l’humour.

Points faibles

Pour apprécier, il faut admettre le parti pris de l’auteur. Mais est-ce une faiblesse ?

En deux mots ...

Si ce récit commence comme un plaidoyer contre l’incohérence de la guerre en Afghanistan puis comme une description des petites gens aux USA, l’auteur, comme à son habitude, transforme ces réalités par un tour de magie plein d’humour, ce qui nous donne un  retournement de situation tout à fait savoureux. Dans 218 pages l’auteur aborde bien des sujets graves et nous régale par une fin improbable. Cela donne une lecture réjouissante malgré les sujets abordés.

Un extrait

« C’était à l’époque où beaucoup de morts et de blessés revenaient d’Afghanistan. Impossible de l’ignorer. L’humeur générale de la base faisait penser à un immense funérarium. Si vous riiez, par exemple, on vous regardait d’un sale œil parce qu’une femme dans le voisinage venait d’apprendre que son mari était mort. » page 189

L'auteur

Iain Levison est né en Ecosse en 1963 et arrive aux États-Unis en 1971. Il fait plein de petits boulots dont il tirera son premier livre Tribulations d’un précaire, Piccolo, 2002. Tous ses romans sont une critique à la fois sévère et drôle de la société américaine : Une canaille et demie (Liana Levi, 2006), Arrêtez-moi là (Liana Levi, 2011), Pour services rendus (Liana Levi, 2018), entre autres. Certains de ses livres ont été portés au cinéma. C’est son style plein d’humour grinçant qui lui permet de tout dire sur la société américaine.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.