Livres/BD/Mangas

Voyage au bout de la nuit

Culture-Tops propose depuis fin mars 2020 des chroniques de livres et de BD "hors actualité". Des œuvres qui ont particulièrement marqué nos chroniqueurs et qui composent cette nouvelle série du "Plaisir de relire".
De Louis Ferdinand Céline et Tardi
Ed. Originale du roman 1932, Ed. Originale du texte illustré , 1988, Gallimard/ Futuropolis, 384 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 18 avr . 2020

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Un mariage fondateur du roman graphique :

Ce serait faire injure aux lecteurs de Culture-Tops que de proposer un résumé original du Voyage au bout de la Nuit, premier roman de Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline. Publié en 1932, il raconte la vie de Barnabu, étudiant en médecine, un voyage au bout de la perte de la foi en l'homme, de la folie des tranchées de la Grande Guerre à l'Afrique coloniale, d'un New York théâtre d'indifférence et d'illusion - à la banlieue parisienne au chevet des pauvres. "Mort au départ et mort à l'arrivée", comme le dit Philippe Solers dans l'introduction de ce roman dessiné ; ce voyage, à travers les yeux d'un Barnabu double mimétique de Céline, est l'exploration hallucinée de l'absurdité du monde naissant de l'entre-deux guerres. Le dessinateur Jacques Tardi traduit en larges dessins et bandes dessinées insérés dans le texte original intégral, ce monde de courtes joies et de longues désespérances.

Points forts

1. Une rencontre absolument remarquable : celle d'un chef d'œuvre de la littérature, et celle d'un maître de la bande dessinée. Tardi prête "sa plume" à Barnabu et croque situations et ambiances avec une sensibilité "Célinienne".

2. En 384 pages, vous êtes plongé au cœur du roman, dans un mariage particulièrement réussi de texte et du dessin. La noirceur des décors, les dessins crus, les visages tendus, les noirs et blancs des images parlent à l'imagination déjà labourée par la langue si particulière de Céline - argot, courtes phrases, pensées brutes mises en mots...

3. Une belle édition, dont le grand format permet une cohabitation intelligente du texte et de l'image.

Points faibles

Ce Voyage au bout de la nuit, transfiguré par l'image, ne me semble pas mériter d'autre critique que d'alerter sur sa noirceur et son pessimisme.

En deux mots ...

Bien que très critiqué à sa sortie en 1988 pour avoir "abâtardi" (Libération) l'œuvre de Céline, il faut découvrir cette édition illustrée par Tardi. Grâce à cette publication doublement originale, l'envie de le lire m'a pris. Et je suis aussi allé écouter Fabrice Lucchini en faire lectures, et j'y suis retourné… Céline comparait son écriture à celle des "Comics" américains des années 30. "Texte illustré" précurseur d'une nouvelle forme de récit dont la diffusion s'est très élargie depuis les années 90, ce Voyage au bout de la nuit offre une médiation particulièrement heureuse vers l'œuvre fondatrice de l'univers de Louis Ferdinand Céline.

Une illustration

L'auteur

Louis Ferdinand Céline est un des écrivains français majeurs du XXème siècle, mort en 1961. Médecin de formation (il écrira sa thèse sur le docteur hongrois Semmelweis, qui développera une pratique hygiéniste contre la transmission des maladies contagieuses par le personnel hospitalier), il produit une œuvre abondante et sombre (Mort à Crédit, Casse Pipe, Bagatelle pour un massacre, Trilogie Allemande…). Son antisémitisme fait encore polémique, conduisant en 2018 l'éditeur Gallimard à renoncer à publier ce qui a été qualifié de ses Ecrits polémiques. Il n'en demeure pas moins l'un des écrivains les plus influents de la littérature du XXème siècle.

Jacques Tardi est auteur, scénariste et dessinateur de bandes dessinées. Son style donne aux visages des rondeurs particulières, aux yeux des expressions hallucinées, aux décors des allures fantastiques et parfois macabres… bref il n'a pas d'équivalent dans le 9ème art ! Jacques Tardi est - entre autres œuvres - l'auteur des Aventures d'Adèle Blanc Sec (1976 à 2007), d'adaptations en romans graphiques, Brouillard au Pont de Tolbiac (1982 à 2000, d'après les romans de Léo Malet), La Position du tireur couché (2010). Il produit aussi de nombreux récits en bandes dessinées sur la première et la seconde guerre mondiale, dont il sait rendre les ambiances angoissées et sordides, l'absurdité des combats, la folie des hommes. Il illustre également de nombreux textes de Céline, de Pennac, de Jules Verne…De nombreux prix, dont l'Alph'Art et le Grand Prix de la ville d'Angoulême, témoignent de la qualité de son travail.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.