One Man Show

What is love

Un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour
De Anne Buffet
Mise en scène : Ariane Boumendil

Infos & réservation

La divine comédie
2 rue Saulnier
75009 Paris
Tél. : 07 63 71 03 75
http://theatredivinecomedie.fr
Depuis le 10 janvier, les vendredis à 21h15

Lu / Vu par

Jean Ruhlmann
Publié le 21 fév . 2020

Recommandation

2,0BonBon

Thème

 • Eva, podoloque de son état, a rompu avec l’amour depuis 13 mois et des poussières : l’interprète comme le personnage sont donc bien seules en scène.

• Loin d’être abattue, Eva veut nous montrer toute la nocivité du sentiment, dans un propos vigoureusement charpenté en trois points : l’identification du mal, les cinq dangers de l’amour, pour finir sur la manière de “tenir“ sans succomber à nouveau...

Points forts

 • Sur un sujet aussi propice aux poncifs désolants, aux mots faciles, ou aux détournements sur le sexe et les différences femmes-hommes, le spectacle développe un véritable point de vue, qui prend d’emblée systématiquement le contrepied des guimauveries et autres grivoiseries, écueils sur lesquels se fracassent tant de seuls en scène abordant de face ou de biais la question.

• L’amour siège au banc des accusés, et les témoignages convoqués - provenant aussi bien des refrains des « chanteurs à minettes » que du net, de la poésie la plus élevée ou du vocabulaire courant - sont accablants... 

• Voilà bientôt l’amour réduit à une désolante équation combinant des molécules aussi suspectes que la dopamine et sa complice habituelle, l’endorphine.

Points faibles

• Quelques maladresses et des longueurs, notamment dans la mise en route un peu laborieuse du spectacle, et parfois un petit peu « rentre-dedans ».

• Certaines pistes sont prometteuses, mais insuffisamment explorées – on attendait une mise en scène plus poussée du combat entre Amour et Pragma (tique) – surtout que la comédienne possède toutes les qualités d’expressivité et de tonicité permettant d’optimiser son propos et de terrasser l’amour une bonne fois pour toutes.

En deux mots ...

Vivre à deux ou s’épanouir ? Eva, qui vient de “baser“ Adamo, nous somme de choisir, dans un spectacle qui cherche moins la grosse rigolade qu’à nous faire sourire et réfléchir.

Un extrait

« Nous sommes tous des singes en chemise drogués. »

L'auteur

• Au Conservatoire de Rouen, Anne Buffet travaille d’abord des textes de Goldoni sous la direction de Catherine Delattres, puis d’autres classiques (Molière, Racine) pour le théâtre des Deux Rives avec Alain Bézu et Catherine Dewitt, et Talking Heads, monologue d’Alan Benett, avec la Compagnie de David Gauchard L'Unijambiste. 

• Elle poursuit sa formation à travers des stages marquants (Simon Abkarian, Maurice Bénichou, Nils Arestrup), entre en 2002 à l'école Internationale de Mouvement Jacques Lecoq, dont elle sort pour rejoindre la compagnie de Philippe Awatt, Le Feu Follet, avec qui elle enchaînera trois créations (Brecht, Gelderold, Schwartz). 

•  En 2008 la comédienne entre à la Femis dans la section “écriture de scénarios “, et produit divers court-métrages qu'elle réalise elle-même ; elle développe son long-metrage (Blockhaus) avec Metallic film. 

• Anne Buffet a également joué dans plusieurs court-métrage de Franck Saint Cast, et tint un rôle récurrent dans la série Mademoiselle, sur France 2. En 2016, elle met en scène avec Yann Dacosta la pièce Loveless (d'après Une vie de putain de Claude Jaget), et lance depuis l’été 2019 What is Love au théâtre de la Contrescarpe d’abord, et désormais à La divine comédie.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.