HISTOIRE DE LA PEINTURE EN MOINS DE DEUX HEURES

Mille ans de peinture révélés
De
Hector Olbak
Durée : 1h45 environ
Mise en scène
Hector Olbak
Avec
Hector Olbak. Avec Raphaël PERRAUD au violoncelle, en alternance avec Florent CARRIÈRE, et Pablo SCHATZMAN au violon, en alternance avec You-Jung HAN. Au chant Andréa CONSTANTIN
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre de l’Atelier
1 place Charles Dullin
75018
Paris
01.46.06.49.24
Jusqu’au 6 février 2022, principalement les dimanches à 11h et 20h, pour les autres dates, voir https://www.theatre-atelier.com

Thème

Hector Olbak, critique d’art et réalisateur, accompagné de ses musiciens, devant un immense mur d’images constitué de 4.000 tableaux, raconte avec brio et humour l’histoire de la peinture du XIIIe siècle à nos jours.

Points forts

• La promesse du titre est tenue. La fougue, la culture, l’érudition et l’humour d’Hector Olbak nous plongent dans un état second. En décodant, commentant une trentaine de tableaux, en tissant des liens entre eux, ce magicien réussit à nous entraîner dans un voyage initiatique qui nous livre toutes (ou presque…) les clefs de toute (ou presque…) l’histoire la peinture. Serait-ce une illusion ? Non c’est simplement magique.

• Les somptueuses reproductions des tableaux et les fugues de Bach contribuent à cette magie.

Quelques réserves

• Un simple faux pas : l’insistance avec laquelle Olbak fait, à la fin de son stand up, l’apologie d’une artiste contemporaine inconnue, conduit le magicien à devenir galeriste. C’est un peu lourd, déséquilibré, hors de sujet : bref, dommage. 

• Mais, compte-tenu de l’étonnant voyage qu’il nous offre,  on lui pardonne, comme on lui passera l’insistance qu’il met à nous vendre les luxueuses reproductions du mur d’images.

Encore un mot...

• En alternance, il donne deux versions de son show (la A et la B), qui diffèrent par le choix des œuvres présentées et décodées. L’Histoire de la peinture n’est donc pas proposée en deux heures… mais en deux fois deux !

Une phrase

« À la perspective des lignes de fuite, Monet préfère la “perspective dans le mur” d’un plan vertical qui cache l’horizon… C’est ainsi que l’art moderne naîtra, l’abstraction en sera la conséquence, et le monochrome assignera la fin provisoire de la peinture. »

L'auteur

• Hector Obalk, né le 30 août 1960, est historien et  critique d'art, réalisateur et auteur de documentaires consacrés à l'art, notamment la série “Grand’Art“ sur la chaîne Arte. Il est également graphiste, commissaire d'exposition et homme de scène, chroniqueur au journal ELLE depuis 20 ans. 

• Obalk est également auteur de trois films sur Caravage aux éditions grand-art.online., d’ouvrages comme Andy Warhol n’est pas un grand artiste (Champs Flammarion, 1991), de la Correspondance de Marcel Duchamp (éd. Ludion, 2000), d’Aimer voir. Comment on regarde un tableau (chez Hazan, 2011), et d’un Michel-Ange en deux tomes (chez Hazan, 2017 et 2019).

Commentaires

JFL
dim 18/09/2022 - 18:31

J’ai vu le spectacle aujourd’hui… ça partait bien malgré les trous de mémoire et hésitations sur les artistes. Et puis un dérapage alors qu’une enfant est sur scène pour mimer un tableau. La magie s’envole et le reste du spectacle est gâché.

gerard P
jeu 20/10/2022 - 10:14

vu le show, car c'est exactement à quoi on a droit...le 17/10/22
long, très long, plus de deux heures pour passer sur ''l'histoire '' de la peinture...prétentieux et complètement inintéressant.
mon épouse (qui est elle même peintre), nous nous sommes ennuyés profondément.
quelques diatribes amusantes, mais cela ne fait pas un spectacle.
l'autosatisfaction est permanente et de rigueur, mais vu le peu d'applaudissements, on ne devaient pas être les seuls à se demander ce qu'on faisait là.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
L’autre
De
Sybille de Montigny
Seul en scène
Voir les gens
De
Baptiste Lecaplain et Florent Bernard