Mozart mon amour

Mozart est éternel !
De
Christophe Barbier
Pauline Courtin, soprano,
Vadim Sher, piano
Mise en scène
Christophe Barbier
Avec
Christophe Barbier
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre de Poche Montparnasse
75 boulevard du Montparnasse
75006
Paris
01 45 44 50 21
Du 4 septembre au 13 novembre 2023, tous les lundis à 21h

Thème

  • Cette pièce est tout entière l’oeuvre de Christophe Barbier, qui l’a écrite, mise en scène et où il tient le rôle principal, celui du diplomate danois von Nissen, grand admirateur de Mozart. Treize ans après la mort de celui-ci, en 1791, von Nissen reçoit pour mission de convaincre le Conseil impérial d’Autriche de faire revivre la gloire du musicien, à la fois aimé et maltraité pendant sa vie. 
  • Constanze, sa veuve, appuie sa plaidoirie par les airs les plus connus des opéras de son mari, avec sa belle voix de sopano.  Le Kappelmeister les accompagne au piano. 
  • Le spectateur traverse ainsi la vie de Mozart, depuis ses représentations en tant qu’enfant prodige jusqu’à ses derniers moments d’épuisement sur le Requiem, sans ennui et même avec passion.

Points forts

  • Le texte imaginé par Christophe Barbier est remarquable : il est merveilleusement écrit et donne une vision originale de la vie de Mozart.
  • La situation ainsi créée donne un prétexte au récit : même si ce Conseil n’a jamais existé, il confère une justification à l’intrigue.
  • Les comédiens sont remarquables : Christophe Barbier est incroyable de réalisme et d’entrain, Constanze apporte une touche d’opéra enchanté, et le Kappelmeister a toute la duplicité et le dévouement nécessaires ; il grogne sans cesse, mais il nous plonge dans les airs si connus de Mozart.
  • Les spectateurs sont étroitement associés au récit, comme membres du Conseil. Et le baron danois parvient même à faire chanter l’ensemble du public. 
  • La situation est tragique, la vie de Mozart étant une longue série de déceptions, d’épreuves, et pourtant, le sourire est toujours là, l’humour ne fait jamais défaut.

Quelques réserves

  • Elles sont bien peu nombreuses dans cet excellent spectacle. On peut juste se demander si l’acoustique de la salle est bien en accord avec la belle voix de Constanze.

Encore un mot...

Mozart mon amour est un enchantement : il fait sourire, nous entraîne dans son rythme effréné, nous plonge dans ne époque cruelle, et nous fait comprendre ce musicien si complexe et si attachant.

Une phrase

Une phrase ou deux

  • Von Nissen : 
    - « Si j’ai cette audace, c’est parce que la cause que je vais plaider devant vous dépasse mon humble personne. La décision que vous prendrez dans quelques minutes ne concerne pas seulement Vienne, elle ne regarde pas que l’Autriche, elle ne se limite pas à l’Europe. Mesdames et Messieurs, votre décision intéresse l’humanité tout entière. »
    - « … Et lorsqu’on vient d’entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui. »
  • Constanze : « Un jeune homme est venu me voir quelque temps après la mort de Mozart. Il m’a dit que, depuis des années, il rêvait d’être son élève, qu’il était inconsolable de na pas pouvoir profiter de ses leçons. Ce musicien s’appelait Ludwig van Beethoven… »

L'auteur

  • Christophe Barbier, né en 1967, est normalien, puis a fait une carrière de journaliste politique, au Point, puis à L’Express, qu’il a dirigé pendant dix ans. Il intervient toujours dans de nombreux débats et ses éditoriaux sont de qualité. 
  • Christophe. Barbier s’est lancé plus tardivement dans le théâtre : il a écrit et joué en 2017 Le Tour du monde en 80 minutes, puis incarné Georges Mandel  dans L’un de nous deux,  et François Mitterrand dans Elysée (chroniqués par Culture-tops). Féru de théâtre, il est l’auteur du Dictionnaire amoureux du théâtre et d’une quinzaine d’essais politiques.

Commentaires

julien desmoulieres
lun 04/09/2023 - 23:06

Très réussi !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Mérou
De
Lou Trotignon