Thêatre-Spectacles

Dancefloor memories

De Lucie Depauw
Mise en scène : Hervé Van der Meulen
Avec Elsa Lepoivre, Christian Gonon et Hervé Pierre

Infos & réservation

Studio-Théâtre de la Comédie-Française
99 rue de Rivoli Galerie du Carrousel du Louvre
75001 Paris
Tél. : 0144589858
http://www.comedie-francaise.fr
jusqu'au 10 mai

Lu / Vu par

Jacques Paugam
Publié le 17 avr . 2015

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Une femme, toujours attachée à son mari qui perd peu à peu la mémoire, laisse entrer progressivement dans sa vie un autre homme, pour continuer à vivre, à désirer, à aimer.

Points forts

1 Pour tout ce qui concerne les bouleversements qu'une perte progressive de mémoire apporte dans une vie et la manière dont on peut les percevoir et réagir, c'est un texte d'une profondeur, d'une subtilité et d'une finesse exceptionnelles.

2 Et puis il y a l'interprétation d'Hervé Pierre, dans le rôle du mari qui perd progressivement la mémoire: ceux qui l'ont déjà vu jouer Claudel, entre autres, savent que c'est un grand acteur, mais là, il est phénoménal de présence, de sensibilité, jouant toujours "en-dessous" pour nous laisser pénétrer dans sa vie, la partager.
Vous verrez si vous y allez, vous éprouverez cette sensation rarissime de "rentrer" dans le personnage.

Points faibles

1 La danse est supposée jouer enrôle essentiel dans cette pièce en tant qu'élément privilégié dans le langage et la mémoire des corps.
Certes, ceci est vrai, mais l'intrigue qui se développe à travers les trois personnages et autour du thème de la perte progressive de mémoire est suffisamment forte, expressive, pour reléguer la danse au second plan, pour ne pas dire au rang des accessoires.

2 Alors que le texte est donc d'une vérité et d'une finesse relevant souvent de l'essentiel, pourquoi avoir donné au personnage de l'amant cette identité américaine qui l'amène à traîner un accent qui sonne le plus souvent artificiel? Et pourquoi avoir affublé  ce personnage d'un côté lourdement vulgaire dans l'expression de ses appétits, si j'ose dire ? Et je vous épargne quelques citations, de ce point de vue tristement accablantes...
Mais sachez que ces deux points faibles pèsent peu par rapport aux points forts évoqués plus haut.

En deux mots ...

C'est vraiment un moment intense et privilégié de théâtre, que de voir un grand acteur sublimer un texte, pour l'essentiel, remarquable.

Une phrase

Le mari, qui est bien  conscient de perdre progressivement la mémoire: "je me demande parfois quel sera mon dernier souvenir: je penserai à Marguerite (sa femme) ou à maman?"

L'auteur

Lucie Depauw est née en 1978, à Lyon. Elle est l'auteure de plusieurs pièces de théâtre: "Carcasses exquises" (2005), "HymeN" (2011), "Lilli/HEINER" (2012), "S.A.S, T d'opérations et suites cinq étoiles" (2013). "Dancefloor memories" a été élue, en 2012, coup de coeur du bureau des lecteurs de la Comédie-Française.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.