Thêatre-Spectacles

Dom Juan

Remarquable représentation d'un texte d'une exceptionnelle modernité
De Molière
Mise en scène : Jean-François Sivadier

Infos & réservation

Théâtre de l’Odéon
Place de l’Odéon
75006 Paris
Tél. : 0144854040
http://www.theatre-odeon.eu
Jusqu'au 4 novembre

Lu / Vu par

Catherine Raffour
Publié le 04 oct . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Jusqu’où peut aller la liberté, la provocation de Dom Juan ? Il ne respecte rien, refuse tous les liens et sème le doute partout où il passe. Après avoir fait sortir Elvire, par amour, de son couvent, il l’abandonne. Poursuivi par les deux frères de cette dernière qui cherchent à sauver l’honneur de leur famille, il fuit, combat avec allégresse, séduit, ne reconnaît aucune dette et avance sans trembler face à l’adversaire suprême, le commandeur, une statue de pierre, venue de l’au-delà, sous le regard sidéré, devant tant d’inconscience, de son fidèle Sganarelle.

Points forts

- On se régale au contact de cette troupe dynamique. Les acteurs se renvoient la balle et sont exceptionnels : une mention d’excellence à Nicolas Bouchaut, impérial, romanesque, sauvage et séduisant Dom Juan et et à Vincent Guédon, un Sganarelle, juste, drôle, « entre le rire et l’effroi ».

- Un texte de Molière sans aucune ride : est ce possible que les hommes, leurs rapports, leurs ambiguïtés aient si peu changé depuis le 17ème siècle? Le jeu des acteurs met en avant toute la finesse d’analyse et les interrogations de ce texte dont on oublie trop souvent que ce n’est pas seulement l’histoire d’un séducteur.

- Un décor cosmique, espace un peu glauque d’échafaudages et de plastiques dans lesquels alternent le noir du désespoir et les flashs de lumière d’un spectacle bien rythmé.

Points faibles

Les ajouts « hors sujets », sous forme d’interludes, sont un peu longs et n’apportent pas grand chose à la pièce. Ce n’est pas le cas des échanges avec la salle (Dom Juan s’intéresse à une ou deux femmes du premier rang, aux Marie ou Sarah présentes dans la salle) qui sont légers et plutôt drôles.

En deux mots ...

Dom Juan ne se soumet à aucune règle, ne respecte aucune croyance et avance, bravache, sur son chemin. Désespoir ou provocation? A une époque, celle de Galilée, où les certitudes sont remises en cause et où la rationalité ébranle les croyances, Dom Juan refuse de se conformer à la pensée dominante et va jusqu’au bout affronter les commandements de l’au-delà : perdition ou liberté ?

Une phrase

 « Est-il possible que vous ne croyiez point du tout au ciel ? » (Sganarelle)

L'auteur

Cette pièce de Molière était appelée lors de ses premières représentations « Festin de Pierre » ou « Le Fils Criminel », avec comme sous-titre « L’Athée foudroyé ». Quinze représentations ont été données en Mars 1665. Le succès fut fulgurant mais la pièce ne fut imprimée qu’après la mort de Molière, sous le titre « Dom Juan ou le Festin de Pierre ».

Pour le metteur en scène, Jean-François Sivadier, cette pièce de Molière est avant tout un texte sur le doute. La perte de repères en est un moteur essentiel. Le personnage de Dom Juan ne se laisse jamais apprivoiser et Molière laisse le lecteur ou le spectacteur se faire son opinion sans signifier comme dans ses autres pièces ce qu’il faut penser ou croire.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.