Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Thêatre-Spectacles

Et Maintenant ?

Comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?
De Eirin Forsberg et Gilles La Carbona
Mise en scène : Philippe Sollier
Avec Eirin Forsberg

Infos & réservation

Théâtre de La Manufacture des Abbesses
7 rue Véron
75018 Paris
Tél. : 01 42 33 42 03
http://www.manufacturedesabbesses.com
Jusqu'au 21 novembre 2020, du mercredi au samedi à 19 heures. Durée : 1h

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 26 oct . 2020

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Une jeune mère célibataire rencontre le prince charmant qui, de plus, accepte volontiers l'enfant qu'elle a eu d'un autre. Elle nage dans un bonheur parfait jusqu'au premier coup reçu qui la laisse stupéfaite. Commence le processus de destruction physique et morale, dégringolade insupportable, jusqu'à la séparation. Comment en est-elle arrivée là ?

Points forts

- La comédienne est remarquable de finesse et de délicatesse. Tout arrive par petites touches, accompagnées du déni, du refus d'admettre autre chose qu'une colère passagère, d'autant que le mari se confond en excuses et jure ses grands dieux que cela ne se reproduira plus. Nous connaissons tous cet engrenage classique de la brutalité physique, à laquelle se joint la violence psychologique. C'est un sujet mille fois traité, mais ici, aucun pathos. Le tact mêlé à la fois de gentillesse et de naïveté de la comédienne nous fait comprendre combien il est facile de se laisser piéger et harassant de s'en sortir.

- la violence psychologique est également finement analysée. Au début, elle préfère banaliser les choses pour mieux les appréhender. Puis, petit à petit, elle prend tout à son compte, s'auto-flagellant, persuadée que si lui est ainsi, c'est de sa faute à elle. C'est le parcours bien connu du conte de fée qui se transforme en enfer de coups et d'insultes.

- La comédienne nous raconte sa trajectoire d'une voix claire et légère comme si cela pouvait contribuer à alléger sa peine. De plus, elle a un léger accent étranger qui la rend touchante et plus féminine (elle est d'origine norvégienne).

- On aborde sans tabou tout ce que la violence détruit, et en premier lieu les enfants dont il faut sauvegarder la jeunesse avec tendresse, à qui on ne dit jamais de mal du père, à qui il faut donner des explications positives.

- La mise en scène épurée renforce la consistance du texte et met en valeur le jeu de la comédienne.

Points faibles

Peut-être un manque de lumière, nous sommes souvent dans la pénombre....

En deux mots ...

La comédienne nous offre un spectacle tout au long duquel elle refuse de se laisser abattre, même lorsqu'elle est complètement en vrac, ne serait-ce que pour ses enfants. Elle raconte son histoire avec humour, une certaine drôlerie même dans la tristesse. Ce parcours du combattant est touchant, plein de tendresse.

L'auteur

Eirin Forsberg a été formée en Suède, à l'Académie de théâtre d'Oslo et a suivi plusieurs masterclasses à New-york et Los Angeles. Elle a joué dans de nombreux spectacles , tant classiques que contemporains, notamment en France et en Italie. Elle pratique le chant celtique et le tango argentin.

Gilles La Carbona (Villeneuve-les-Avignon - 1963) est un auteur de romans. Ici, il a dû retranscrire les pensées d'Eirin Forsberg pour être au plus près de ses émotions. Il a collaboré à cette écriture à quatre mains sans jamais s'imposer et en respectant le ressenti de la comédienne.

Commentaires

Laurane
Le 26 oct. 2020
à 22h20

Chronique d'une violence conjugale ordinaire ... malgré des scènes qu'on peut imaginer d une grande violence, il n y a rien de larmoyant, juste un récit millimetré de ce qui amène à taire ce qui est indicible ...

Le texte est magnifique ... Eirin est d une incroyable justesse ...

Une spectatrice touchée

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.