Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Thêatre-Spectacles

Faire danser les Alligators sur la flute de pan

De Louis Ferdinand Celine
Adapté par Emile Brami
Mise en scène : Ivan Morane
Avec Denis Lavant

Infos & réservation

Théâtre de l’Oeuvre
55, rue de Clichy
75009 Paris
Tél. : 01 44 53 88 88
http://www.theatredeloeuvre.fr
21H du Mardi au Samedi; et Dimanche à 15h

Lu / Vu par

Catherine Bonte de Cuniac
Publié le 30 déc . 2014

Recommandation

4,0En prioritéEn priorité

OUI, ALLEZ-Y, C'EST VRAIMENT EXCEPTIONNEL !

Thème

A partir de la dernière lettre que Céline adresse à son éditeur, Gaston Gallimard, qui n’a jamais été envoyée car écrite le jour de sa mort, on assiste à un passionnant flash back sur sa vie. Une peinture réaliste, sans concession, inspirée d’extraits de l’énorme et passionnante correspondance de l’écrivain, adaptés  par Emile Brami comme une pièce de théâtre dramatique.  Denis Lavant incarne sans détour Céline, avec toutes ses contradictions, ses prises de position,  ses choix, mais surtout sa fascination pour l’écriture, le rythme de sa prose.

Points forts

. Une scénographie parfaite,  volontairement sommaire et  parfaitement juste: un lit, un piano, une table, un broc, des feuillets suspendus à un fil $

Denis Lavant, prodigieux  interprète, est à 200% Céline, avec sa verve gueularde,  sa sensibilité à fleur de peau, son côté excessif, odieux, sa haine,

Un jeu de scène habité que l’on reçoit en pleine gueule. Tel un pantin désarticulé vociférant et criant ses quatre vérités à la face du monde, un incroyable cabotin. Tout cela campe l’homme : une prodigieuse partition.

On est pris, on l'écoute, comme si il nous parlait; il bouscule, tempête, entraîne. Le public est pris de court, sidéré par la modernité des textes. On passe  de la construction de la prose «  qui nous parle à l’oreille » à des prises de positons politiques ou des critiques au lance flamme sur les romanciers.

Mais l’alchimie de ces textes, dont le  phrasé opère à merveille, fait que l’ on entend vraiment sa fameuse « petite musique ».
C’est une symphonie émotive, où l’on  découvre un Céline musicien, ce qui met encore plus en valeur la musicalité de sa prose et dévoile une sensibilité peut être volontairement cachée.

Points faibles

Je n'en vois pas.

En deux mots ...

Il fallait oser cet énorme morceau de bravoure, mené tambour battant par Denis Lavant, Céline plus vrai que nature: une voix en colère qui sait se faire entendre et ne laisse personne indifférent. 

Une phrase

"La vérité ne me suffit plus. Il me faut une transposition de tout. Ce qui ne chante pas n’existe pas pour l’âme. Merde pour la réalité. Je veux mourir en musique, pas en prose."
Et, encore, cette autre: "Pas une syllabe au hasard. Je me sers du langage parlé, je le recompose pour mon besoin, mais je le force en un rythme de chanson,  je demeure en danse, je ne marche pas."

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.