Thêatre-Spectacles

"L'A-Démocratie" Volet 1 : "Elf, la pompe Afrique"

"Un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle"
De Nicolas Lambert
Mise en scène : Nicolas Lambert

Infos & réservation

Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple
75011 Paris
Tél. : 01 48 06 72 34
http://www.theatredebelleville.com
Du 7 octobre au 28 décembre 2019, chaque jeudi à 21 heures 15

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 07 déc . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Nous assistons au procès des dirigeants de la société Elf, domaine éminemment régalien. Ces derniers sont accusés, entre autres motifs, de détournements de fonds publics à des fins personnelles. 

Points forts

- Ce spectacle est à la fois très amusant et fort instructif ; on y détricote les systèmes occultes plus ou moins légaux de création et de fonctionnement de caisses noires dans lesquelles beaucoup puisaient pour alimenter leur comptes personnels, et ce, au vu et au su des responsables à tous les niveaux 

- Nicolas Lambert est un formidable homme-orchestre : en tant que Président du Tribunal, il interroge les protagonistes avec vigueur puis se substitue à ces derniers lorsqu'ils formulent leurs réponses, souvent surréalistes

- le décor minimaliste fait ressortir la présence et le talent de conteur du comédien, dont le pupitre de Président est posé sur un tonneau d'essence "bleu pétrole Elf"...

- les dialogues sont véridiques : les phrases ont réellement été prononcées par les accusés lors du procès. L'auteur les a notées en assistant aux audiences-fleuve d'un procès qui a duré quatre mois, installé dans l'espace réservé aux journalistes. C'était le seul endroit où il y avait de la place, les dirigeants des grands journaux estimant ne pas avoir l'argent nécessaire pour payer la présence des journalistes pendant quatre mois d'affilée sur un seul procès

Points faibles

Je n'en vois pas ici.

En deux mots ...

Cette pièce, sorte de ping-pong verbal entre les différents accusés se renvoyant la balle avec délicatesse, est un remarquable terrain de jeu pour Nicolas Lambert. Depuis son bidon d'essence, il règle les temps de parole de chacun, pose les bonnes questions et enregistre les réponses souvent vagues et inattendues des principaux personnages mis en accusation. Ce théâtre d'investigation a demandé de longs mois de recherche documentaire et d'enquête à l'auteur. Le résultat est édifiant et très réussi. On passe une excellente soirée.

Un extrait

Lorsque le Président du Tribunal demande au Président d'Elf : "Que pensez-vous des vingt comptes bancaires ouverts dans cette affaire par Alfred Sirven ?", celui-ci lui répond, d'un air indigné : "Mais ce sont vingt comptes de trop, Monsieur le Président, vingt comptes de trop !"

L'auteur

Attiré très tôt par le théâtre, Nicolas Lambert a commencé à l'enseigner auprès de jeunes des quartiers sensibles. Après des études de philosophie, il va diriger quelques années le "Théâtre Universitaire de Nanterre" et commence à s'intéresser au "théâtre-événement" avec "Nanterre-la-Folie" sur mai 1968. Avec Sylvie Gravagna, ils fondent "La Compagnie Charles Noé" en privilégiant la banlieue et la grande banlieue pour installer leurs tréteaux. Il participe également à quelques émissions de radio. En 2004, Nicolas Lambert lance le projet de l'A-Démocratie, série en trois volets : bleu, blanc, rouge. Le volet 1, bleu : "Elf, la pompe Afrique" voit le jour en 2004, le volet 2, blanc : "Avenir Radieux, une fission française" est créé en 2010 et le troisième volet, rouge : "Le Maniement des Larmes" suivra en 2015. Nicolas Lambert envisage de continuer sur cette lancée en sortant de gros dossiers relatant les événements marquants de notre époque.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.