Thêatre-Spectacles

La Vie de Galilée

Brûlante actualité de Galilée.
De Bertolt Brecht
avec la troupe de la Comédie-Française: Véronique Vella, Thierry Hancisse, Alain Lenglet, Florence Viala, Jérôme Pouly, Guillaume Gallienne, Serge Bagdassarian, Hervé Pierre, Bakary Sangaré, Pierre Louis-Calixte, Gilles David, Jérémy Lopez, Nâzim Boudjenah, Julien Frison, Jean Chevalier, Elise Lhomeau, Birane Ba, Et les comédiens de l'académie de la Comédie-Française: Béatrice Bienville, Magdaléna Calloc'h, Pauline Chabrol, Noëmie Pasteger, Léa Schweitzer, Thomas Keller, Olivier Lugo, Jordan Vincent. Scénographie : Eric Ruf
Mise en scène : Eric Ruf

Infos & réservation

Comédie-Française
Salle Richelieu – Place Colette Paris 1er
Tél. : 01 44 58 15 15
https://www.comedie-francaise.fr/
Jusqu' au 21 juillet. Durée 2h 40 avec entracte

Lu / Vu par

Danielle Mathieu-Bouillon
Publié le 29 juin . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Le spectacle de Brecht, intelligemment proposé par la Comédie française, sur Galilée, nous interroge à la fois sur la puissance aléatoire des religions, la multiplication des interrogations scientifiques sur l'univers, et le courage des hommes. Vaste programme...

Thème

Tout le monde se souvient  de la formule de Galilée : " ...Et pourtant, elle tourne ! " qu'il lance en ce début de XVIIème siècle italien, peu après avoir abjuré face à l'Inquisition, qui n'admettait aucun changement dans le dogme apostolique et romain, en exigeant que la découverte de Copernic, développée par Galilée, demeurât lettre morte. 

Brecht s'est emparé de ce thème en 1938.  L'Eglise et Rome  ne peuvent admettre que l'homme ne soit plus sur la terre, au centre de la Création. Galilée aura peur de la torture et choisira de vivre, mais, quelques années plus tard, il transmettra à son ancien élève, son œuvre aboutie dans le secret de la prison -« Les Discorsi » - pour qu'elle soit révélée au monde.

Points forts

  • 1 – Cette œuvre un peu vieillie de Brecht, trouve pourtant une étrange résonance avec notre temps. Si de nos jours, l'Eglise a perdu presque l'essentiel de ses pouvoirs, d'autres Religions le revendiquent bien haut, recherchant même un retour à l'obscurantisme ; tandis que la science évolue vers les applications de découvertes déconcertantes pour un monde qui ne parvient pas à comprendre que plus rien désormais ne sera plus jamais comme avant. « Science sans conscience...... »
  • 2-  Très beau travail d'équipe d'Eric Ruf, qui signe la mise en scène ainsi qu'une très belle scénographie, mettant en évidence les peintures sacrées de l'époque, remarquablement reproduites par les peintres décorateurs des ateliers de la Comédie-Française. Il parvient ainsi à donner le  cadre souhaité à  cette Eglise, alors omnipotente, n'hésitant pas à utiliser des cadrages non dépourvus d'humour.
  • 3- Hervé Pierre, incarne Galilée, comme une sorte de jouisseur rabelaisien, aussi malin qu'inspiré et inventif. Il est drôle, génial et immature dans le même temps. Il alterne jubilation créatrice et doute profond, mais tente de persuader les autorités ecclésiastiques avec une sorte de prudence malicieuse.
  • Auprès de lui, Florence Viala, incarne la femme par excellence, énergique, maternelle et drôle souvent, grâce à la riche palette de son talent.
  • 4 – Les autorités religieuses sont subtilement mises par Brecht dans une sorte de dilemme, entre intelligence et dogmatisme. C'est très sensible chez le Cardinal Inquisiteur, dangereusement retors, charmeur même (Thierry Hancisse), et aussi chez le nouveau Pape (Serge Bagdassarian).  
  • 5 – Impossible de ne pas mentionner les costumes de Christian Lacroix, à la fois beaux, signifiants et narquois, notamment sa vision vaticane de prêtres romains, tournant comme des toupies... ou des planètes.

Points faibles

  •  Je me demande si quelques petites coupures, notamment en fin de première partie, n'auraient pas davantage mis en valeur la force de la seconde.

En deux mots ...

Encore un magnifique spectacle au crédit de la Comédie-Française et qui nous fait transposer, à notre aune, les perplexités nouvelles auxquelles notre humanité doit désormais faire face. Autres temps, autres mœurs... L'interrogation demeure teintée de la crainte sempiternelle du changement. Si nous savons que les galaxies sont encore - pour l'instant - en expansion, l'impact grandissant d'une Intelligence artificielle surpuissante, sur une planète atrocement en danger, ne peut que nous interroger. La pièce est aussi et surtout, cette mise en perspective.

Un extrait

« Galilée : Notre ignorance est infinie : entamons-la d'un millimètre cube ! »

L'auteur

Bertolt Brecht , ( 1898-1957) Après des études de philosophie et de médecine, il rejoint en 1923   le Deutsches Theater de Max Reinhardt à Berlin avec sa future femme Hélène Weigel. Après « Tambours dans la ville » et « Dans la Jungle des villes », il devient célèbre en 1928 avec « L'Opéra de quat'sous ». Chassé par les Nazis qui ont brûlé ses œuvres, il vit le danger de l'interdiction par autodafé organisé par le dogme hitlérien. Alors, il connaît des années d'errance fécondes : « Mère Courage », « La résistible ascension d'Arturo Ui ». Chassé des Etats Unis par le maccarthysme, il revient en Allemagne en 1948 pour fonder la troupe du Berliner Ensemble. Metteur en scène et grand théoricien d'un théâtre didactique, il tente de créer une distanciation entre spectateurs et personnages, afin d'empêcher l'identification.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.