Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Thêatre-Spectacles

Les bijoux de pacotille

C'est pas du toc !
De Céline Milliat Baumgartner
Mise en scène : Pauline Bureau
Avec Céline Milliat Baumgartner

Infos & réservation

Théâtre du Rond Point
2 bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
75008 Paris
Tél. : 0144959821
http://www.theatredurondpoint.fr
ATTENTION: dernière représentation, le 31 mars

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 27 mar . 2018

Recommandation

4,0En prioritéEn priorité

Thème

Deux jeunes enfants sont gardés un soir par un baby-sitter pendant que leurs parents sortent dîner. Le lendemain matin, le baby-sitter est toujours là. Les parents ont eu un accident de voiture. Celle-ci a pris feu et tout a brûlé. Il ne reste à la petite fille de 8 ans que deux bracelets de pacotille et une boucle d'oreille. 

Deux décennies plus tard, elle nous explique ce qu'elle a ressenti sur le moment et par la suite, nous confie ses trucs pour faire surface et nous fait partager ses souvenirs familiaux, sans tristesse ni regrets.

Points forts

- Le texte, délicieux, qui mêle naïveté et une certaine forme de rouerie de l'enfance avec des réflexions d'adulte

- La présence extraordinaire de cette artiste avec son grand sourire désarmant, sa silhouette de gamine gracile, sa diction mélodieuse : elle prend son temps pour s'exprimer, entrecoupe son texte de jolis silences, semble réfléchir sur scène pour ne pas se tromper sur ce qu'elle va nous offrir, le tout accommodé d'une sacrée bonne dose d'humour

- Curieusement, sur un sujet pareil, se dégage une belle sérénité ; pas de ton larmoyant, plutôt une volonté d'être heureuse

- On sent que la comédienne a fait de la danse, elle en a conservé la gestuelle gracieuse et la légèreté

- La mise en scène est époustouflante : un grand miroir penché sur tout le fond de la scène reflète la comédienne puis, lorsque l'on évoque le bord de mer, les vagues arrivent par ce miroir et continuent à rouler sur la scène, cela relève de la magie ; de même, lorsque la comédienne ouvre son carton de souvenirs, sur les contours de ce dernier se déroule un film d'enfance qui se reflète encore sur le miroir

- Une idée originale de la mise en scène : lorsque la pièce commence, nous sommes dans le noir pendant que la comédienne entame son récit

Points faibles

Nenni vous dis-je...

En deux mots ...

Ces bijoux de pacotille sont en fait un petit bijou d'or pur.

C'est un merveilleux spectacle. L'auteur et interprète est touchante. Même à  plus de trente ans, elle garde un aspect enfantin et nous parle de ses parents avec drôlerie : elle évoque sa mère qui lui disait souvent "mais comment feras-tu quand on ne sera plus là ?" et qui, avant chaque voyage, avait la manie de rédiger un testament "au cas où", lubie reprise à son compte maintenant par sa fille. Cette mère qui reste "son modèle, l'original, l'idéal". Elle parle de son père en disant que "ses souvenirs sont sous terre" et que "son père s'évapore". C'est triste sans jamais être vraiment triste. L'aspect dramatique est suggéré mais tout est léger et fluide dans cette évocation. C'est une belle prouesse.

L'auteur

Céline Milliat Baumgartner s'est formée pendant dix ans à la danse classique au conservatoire de Lyon avant d'intégrer la classe libre du cours Florent en 2001. Par la suite, elle a interprété bon nombre de rôles, entre autres, "La compagnie des spectres" au théâtre de Chaillot, "Le château de Cène" au théâtre du Rond-Point, "Les souffrances de Job" au théâtre de l'Odéon, "Le système de Ponzi" au théâtre de la Ville. Elle a également joué dans un certain nombre de films, "Mademoiselle Butterfly", "Trac", "L'air de rien" ...

Elle intervient aussi sur France-Culture pour interpréter des pièces radiophoniques et enregistre des livres audio.

Ce texte sur le deuil, "Les bijoux de pacotille" est son premier ouvrage et a été publié en 2015 aux éditions Arléa. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.