Thêatre-Spectacles

Roméo et Juliette

Un hymne à Juliette
De William Shakespeare
Mise en scène : Eric Ruf
Avec Claude Mathieu, Michel Favory, Christian Blanc, Christian Gonon, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Pierre Louis-Calixte, Suliane Brahim, Nâzim Boudjenah, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun, Elliot Jenicot, Didier Sandre, Laurent Laffite

Infos & réservation

Comédie-Française
1 Place Colette
75001 Paris
Tél. : 01 44 58 15 15
http://www.comedie-francaise.fr
Jusqu'au 30 mai

Lu / Vu par

Margaux Darblay
Publié le 17 déc . 2015

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Nous nous accordons le luxe de ne pas vous résumer l’histoire de Roméo et Juliette…

Points forts

1 L’univers shakespearien
Une histoire d’un foisonnement extraordinaire où il est question du désir, de l’amour, de la famille, du machisme, de la violence, de la religion et avant tout des passions qui gouvernent les rapports humains dans tous ces domaines.

2 La construction des pièces shakespeariennes
- Avec une absolue maîtrise dans la conduite de l’intrigue, Shakespeare fait de nous les spectateurs impuissants d’une histoire d’amour dont nous ne savons que trop vite qu’elle finira mal; il nous reste à observer et décrypter la noirceur tapie dans l’âme des adultes et qui va mener Roméo et Juliette à leur perte.
- La première partie nous plonge dans l’Italie de la Renaissance, avec une mise en scène « coppolesque » où Roméo et Juliette, jeunes, joyeux et fougueux jonglent avec leurs désirs... La deuxième partie, au rythme moins maîtrisé et plus classique, nous entraîne dans la fulgurance de l’amour qui porte en lui la mort et l’éternité.

3 La mise en scène d’Eric Ruf
Il fallait le talent et l’art de bousculer les genres d’Eric Ruf pour mettre en scène à la Comédie-Française cette pièce qui n’y avait pas été donné depuis 1952. S’attaquant aux strates successives qui se sont crées dans l’imaginaire à la fois des metteurs en scène, comédiens et spectateurs, il renouvelle la vision que nous pouvions en avoir. 
Dans sa mise en scène, Eric Ruf emprunte au genre cinématographique, au moyen d’un procédé très simple de changements de plateaux. Il mêle divertissement (avec chansons populaires et danses), conte (la pièce est introduite par Bakary Sangaré qui vient interrompre par deux fois le récit en marquant les ellipses), tragédie et comédie. Il nous oblige à nous focaliser sur une histoire débarrassée du romantisme avec un Roméo et une Juliette galvanisés de vitalité et de désir. Les sombres desseins des familles ennemies viennent avilir l’amour entre ces deux êtres à l’aube de leur vie d’adultes.

4 Les comédiens, tous excellents
   Avec une mention spéciale pour Suliane Brahim dans le rôle de Juliette, femme-enfant cabotine et très drôle, qui monte en puissance lorsque l’amour surgit et nous émeut par sa grâce et la force de ses émotions (une scène du balcon vertigineuse). 
   Mention spéciale également à Jérémy Lopez, dans le rôle de Roméo, sorte de non-héros que l'amour va révéler à lui-même.
   Nous avons été glacées d’effroi au surgissement de la colère d’un Capulet en toute puissance masculine et paternelle contre une Juliette qui refuse le mariage arrangé avec Pâris ( rôle interprété avec beaucoup de justesse par Didier Sandre).

Points faibles

Une première partie un peu longue dans laquelle j’ai eu du mal à rentrer tant les codes ont bousculé cet univers romantique forgé au fil des représentations théâtrales et cinématographiques.

Un deuxième acte dont le rythme semble étrange avec un long baisser de rideaux alors que jusque là, les changements de plateaux s’opéraient en public. Le pacte de mise en scène en est quelque peu brisé.

En deux mots ...

Nous les emprunterons à Marc-Henri Arfeux:

« À l’opposé de la fade légende qui l’entoure, la pièce de Shakespeare nous suggère une dimension cachée de l’âme humaine : l’idéologie de la virilité meurtrit les femmes, perd les hommes et dresse des tombeaux là où devraient s’ouvrir les lits du vrai bonheur. »

Une phrase

 - Juliette à Roméo: "Ne jure pas, si tu jures tu pourras trahir ton serment".

 - Juliette: « Ce que l'on appelle une rose avec tout autre nom sentirait aussi bon (…)  Roméo, défais-toi de ton nom, qui n'est rien de ton être, et en échange, oh prends-moi tout entière. » (Au balcon)

 - Juliette : « Il y a tant de jours dans une minute. » (Lorsque l'on souffre)

L'auteur

William Shakespeare (1564-1616) a écrit plus de trente-cinq œuvres dramatiques, comédies, tragédies, pièces historiques. Il a publié Roméo et Juliette en 1597.

La traduction est de François-Victor Hugo (1828-1873), quatrième des cinq enfants de Victor Hugo et Adèle Foucher, surtout connu effectivement pour sa traduction en français des œuvres complètes de William Shakespeare, parues en 1859-1866.
MISE EN SCENE ET DECORS : Eric Ruf, comédien, scénographe et metteur en scène, aujourd’hui sociétaire honoraire de la Comédie-Française dont il est l’administrateur général depuis août 2014.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.