Thêatre-Spectacles

Une histoire d’amour

Intensité discutable
De Alexis Michalik
Mise en scène : Alexis Michalik
Avec Pauline Bression, Juliette Delacroix, Alexis Michalik, Marie-Camille Soyer, et en alternance Lior Chabbat, Violette Guillon et Amélia Lacquemant

Infos & réservation

La Scala Paris
13, boulevard de Strasbourg
75010 Paris
Tél. : 01 40 03 44 30
Jusqu’au 31 mai, du mardi au samedi 21h. Dimanche à 15h.

Lu / Vu par

Anne-Claude Ambroise-Rendu
Publié le 22 fév . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Justine n’est pas lesbienne, mais tombe amoureuse de Katia. Elles vivent leur histoire comme si elle devait être éternelle, décident de subir une insémination artificielle et Katia se retrouve enceinte. La machine amoureuse s’enraye alors. Justine s’en va. On retrouve Katia et sa fille, douze ans plus tard, alors qu’elles doivent affronter un nouveau drame et demandent l’aide de William, le frère de Katia.

Points forts

• L’intrigue est rythmée, haletante  et riche en rebondissements, les dialogues sont vifs, économes, piquants.

• La mise en scène d’une belle fluidité s’appuie astucieusement sur l’usage d’un mobilier monté sur roulettes qui facilite le passage d’une scène à l’autre et donne à l’ensemble une allure virevoltante. 

• La performance de la jeune interprète de Jeanne qui ne ressemble justement pas à une « performance » est tout simplement sidérante, souhaitons que la vie n’abime pas en elle ce superbe naturel enfantin.

Points faibles

• Les points faibles de ce spectacle le sont en proportion même de ses points forts : si l’on peut se féliciter de l’absence de temps morts, on peut aussi regretter ce que ce tourbillon imposé fait à un spectateur captif, qui n’a pas d’autre possibilité que de se laisser embarquer et submerger par la violence des émotions, par ce maelstrom sentimental dont les ficelles sont parfois un peu grosses. C’est habile, peut-être trop. 

• D’une manière plus anecdotique, l’utilisation de la danse, comme métaphore d’une présence fantomatique ou phantasmatique, n’est pas vraiment réussie. Une silhouette eu suffit. Ou une vraie danseuse, parfaitement professionnelle.

En deux mots ...

Un mélodrame brillant et efficace dans lequel on passe sans rechigner du rire aux larmes.

Certes les situations et les personnages ne sont pas si éloignés de la vraie vie, reste qu’autant de drames – une rupture inguérissable amoureuse, une maternité solitaire, un cancer, deux deuils, une orpheline de douze ans - concentrée en 1h25 pèsent un peu sur l’estomac, sans convaincre totalement.

Un extrait

- “Les gens se séparent Katia, c’est horrible et ça fait mal mais ils se séparent”.

- Jeanne : “moi je vais aimer, je vais aimer encore même si tout ce qu’on aime finit par disparaître”.

L'auteur

• Plébiscitée par le public, l’œuvre d’Alexis Michalik a cumulé 5 200 représentations lors de ses quatre premières créations depuis 2013, et sa première pièce Le Porteur d’Histoire.

• Auteur, comédien, scénariste, romancier, Alexis Michalik est une figure importante du théâtre pour tous.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.