1h22 avant la fin

Et c’est la Mort qui l’a assassiné...
De
Mathieu Delaporte
Mise en scène
Mathieu Delaporte et Alexandre de la Patellière
Avec
Éric Elmosnino, Kyan Khojandi, Adèle Simphal
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre La Scala
13 bd de Strasbourg
75010
Paris
01 40 03 44 30
Jusqu’au 31 mars. Du mardi au samedi à 21h, dimanche 15h.

Thème

Bertrand Léveillé, « 38 ans et toujours puceau après 25 ans de râteaux », désormais lassé d’une existence insignifiante, décide d’en finir pour de bon, après une nième tentative lamentablement ratée, à l’exemple de sa vie. 

Au moment de se jeter par la fenêtre du 4e étage, voilà qu’on frappe à sa porte : c’est un homme armé d’un revolver, qui déclare calmement vouloir le supprimer comme ça, pour tromper l’ennui...

• Balançant entre se donner la mort ou la recevoir, Bertrand engage la conversation avec cet étrange personnage, qui hésite à son tour à s’exécuter en l’exécutant, et finit par lui révéler qu’il n’est autre que ... la Mort !

Points forts

• Les comédiens tiennent la promesse d’un tête-à-tête serré et à huis clos : Kyan Khojandi en désespéré, à la vie sans relief ni attache, et bien sûr Éric Elmosnino, qui suscite à la fois l’inquiétude et l’hilarité, tant sa désinvolture étudiée et désabusée fait mouche. On en peut s’empêcher de penser à Michel Simon en « démon de seconde catégorie » dans La Beauté du diable (René Clair, 1950)...

• Quelle bonne idée d’avoir imaginé ce personnage de la Mort en VRP débutant, coaché par un certain « Jean-Jacques » ! Les auteurs tirent toutes les conséquences d’un postulat s’inspirant de « l’uberisation » des sociétés contemporaines. Cela donne lieu à des scènes tragi-comiques, des dialogues loufoques, absurdes et des réparties savoureuses, sans oublier les ultimes rebondissements, où tout finit bien... et mal à la fois !

Quelques réserves

Une mise en route un petit peu laborieuse, une fois l’effet de surprise consommé.

Encore un mot...

• En 1h22 (pile), quelques questions importantes sont abordées : demander à être tué est-ce être assassiné ? Peut-on renoncer à être supprimé par autrui et accepter de se suicider ? 

• La pièce, transverse entre les genres artistiques, montre bien comment, pour une certaine catégorie d’individus empêchés dans leur expression, les chansons populaires et de variété parviennent à traduire leurs états d’âme. Comme le dirait Claude Lelouch dans ses célèbres aphorismes (« L’amour c’est mieux que la vie ») : « La vie, c’est le temps qui reste à vivre » !

Une phrase

• Bertrand : « Mais pourquoi on dit la Mort, si vous êtes plusieurs ? »
La Mort : « On est plein ! Pourtant, on dit la Mort, comme on dit la Police ! »

• La Mort [expliquant pourquoi on l’a affecté aux suicidaires] : « On commence par les passagers qui ont envie de venir... »

• La Mort [hésitant à tuer Bertrand] : «  Et si on allait se faire le mec du dessus ? »
Bertrand : « C’est une fille ! »
La Mort : « C’est pas grave, ça meurt aussi ! »

L'auteur

• Mathieu Delaporte est auteur, réalisateur et producteur. Il a déjà à son actif, Le Prénom, nominé aux Molière, qui sera adapté au cinéma, et quatre autres longs métrages, interprétés par les plus grands (M. Kassovitz, M .Foïs, L. Lafitte, A. Fleurot, G. de Tonquédec, F. Luchini).

• Au théâtre, il a écrit Tout ce que vous voulez avec son complice Alexandre de la Patellière, puis adapté Par le bout du nez de l’espagnol R. Madaula. Delaporte écrit, et passe pour la première fois à la mise en scène avec de la Patellière  pour 1h22.

Commentaires

Anonyme
ven 04/03/2022 - 23:05

Tout n'est qu'une question de timing

Joëlle
lun 21/03/2022 - 21:46

Un spectacle sans rythme, tout au long de la représentation, je me suis demandé à quel moment cela allait décoller, pour finir dans une lenteur pesante dénuée de sens sous couvert d'absurde et de speudo poésie. Merci Elmosnino de tenir les quelques pauvres branches de ce spectacle, pas merci pour le metteur en scène qui a proposé à la jeune actrice de prendre un temps fou pour mumurer un pauvre texte prétendu grave et essentiel. Je ne comprends pas les critiques J'avais l'impression d'assister à une mauvaise répétition ou beaucoup de choses sont à reprendre, à travailler (réduire en coupant les répliques téléphonées et inutiles, enregistrez vous, ne vous fiez par à la vingtaine de spectateurs qui rit à toutes les blagounettes)
Désolée pour cette critique grinçante mais 53 € la place pour une soirée pauvre et ennuyeuse,...
Petite précision autour de moi nombreux partageaient mon avis et ma déception. Nos applaudissements ne répondaient qu'au respect poli du travail des acteurs, (il était notamment plus sincères et plus sonores quand il s'agissait du travail du technicien régisseur lumières)

Joëlle qui est souvent très bon public pour des spectacles très divers

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
LOVE SONGE THERAPIE
De
D’après l’œuvre de William Shakespeare, adaptée du Songe d’une nuit d’été par Ned Grujic et Raphaël Sanchez