D'Elle à Lui

"Quel numéro", Emeline Bayart !
De
Emeline Bayart
Piano: Manuel Peskine
Avec
Emeline Bayart
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre du Rond Point
2 bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
75008
Paris
0144959821
Jusqu’au 6 avril 2016
Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Le titre, D’Elle à Lui, est celui d’une chanson de Barbara, qui donne le ton : la femme est au centre de ces histoires chantées, dans sa relation à l’homme évidemment… C’est donc un voyage dans le temps que nous propose Emeline Bayart, où la femme raconte ses bonheurs et ses malheurs, parfois dans le registre de la mélancolie (séduite et abandonnée…) mais surtout dans celui du comique : l’auto-dérision et la grivoiserie sont au rendez-vous… Il y a chaque fois une vraie histoire, avec un début et une fin, et on s’attache au sort de toutes ces narratrices.

Points forts

- On est admiratif du travail d’exploration d’archives accompli par Emeline Bayart pour retrouver et rassembler en un tout cohérent  ces merveilleuses chansons, qui, pour certaines, ont plus de 100 ans. Elles méritaient vraiment d’être revisitées !

- Emeline Bayart n’est pas tombée dans le piège du « à la manière de ». Ces chansons, elle les fait revivre à sa manière à elle, avec un talent incontestable… Une très belle voix d’abord, qui endosse tous les rôles, un jeu de scène et des mimiques ensuite, qui sont irrésistibles. On rit beaucoup et on pense « quel numéro, celle-là »!

- Manuel Peskine, son compagnon de scène est à la fois pianiste, compositeur de jazz, de musiques du monde et de chansons, et directeur d’orchestre. Il est ici le complice indispensable de la chanteuse, l’accompagnant au piano et lui donnant la réplique dans certaines chansons, notamment dans Le mari Bricoleur ou Mémère dans les orties.

Quelques réserves

- Que dire quand il n’y en a pas ? Que ceux qui n’apprécient pas la verve gouailleuse et les sous-entendus égrillards ne passeraient pas une bonne soirée ?

- Un spectacle d’un peu plus d’une heure, c’est court quand c’est bon… Mais les deux acteurs donnent tant de leur personne qu’on ne peut guère leur en demander davantage…

Encore un mot...

A la fin du spectacle Emeline Bayart donne quelques informations, notamment la liste des auteurs des chansons, et laisse entendre que le spectacle est complet jusqu’à la fin, malgré l’ajout de deux dates (5 et 6 avril)… Pourtant, lorsque j’y étais, il restait quelques places. A vérifier, mais raison de plus pour y courir!

Une phrase

"Elle lui dit t’es beau il devint très beau, Elle dit t’es marrant il devint marrant, Tu n’es pas tocard il n’fut plus tocard, Il acht’a une auto… Nous sommes heureux disait-il tout le temps, Nous sommes heureux disait-elle tout l’temps, Ils sont trsè heureux répétaient les gens, Qui répètent n’importa quoi". (Extrait de Oscar et Irma, de Christine Sèvres)

L'auteur

Comme il s’agit d’un répertoire d’une vingtaine de chansons couvrant plus d’un siècle, les auteurs sont multiples. Citons parmi d’autres, Yvette Guilbert, Vincent Scotto, Christine Sèvres, Georges Brassens ou encore la contemporaine Juliette.

Mais l’auteur principal de ce spectacle c’est Emeline Bayart. Comédienne et chanteuse, Emeline Bayart est sortie du Conservatoire  d’Art dramatique de Paris en 2003, ayant préalablement étudié le piano et le chant au Conservatoire de Lille. Au théâtre, elle travaille notamment sous la direction de Jean-Michel Ribes (Musée haut, Musée bas), de Clément Poirée (Beaucoup de bruit pour rien) ou de Denis Podalydès (le Bourgeois gentilhomme).

Elle chante régulièrement aux côtés de Philippe Meyer dans divers récitals.

Au cinéma elle a joué dans Bancs Publics ou Adieu Berthe, sous la direction de Denis Podalydès, dans le Bal des Actrices, de Maïwenn et a remporté le prix d’interprétation féminine pour Catharsis, un court métrage de Cédric Prévost.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche