Fin de Partie

De
Samuel Beckett
Mise en scène
Jean-Claude Sachot
Avec
Philippe Catoire, Gérard Cheylus, Marie Heuriau, Jérome Keen
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre Essaion
6 rue Pierre au Lard
75004
Paris
0142784642
jusqu'au 4 avril 2015 les jeudi, vendredi, samedi à 21h30

Thème

Au cour d'une interminable fin de vie, Hamm, vieil homme infirme et aveugle, ne peut se passer de son domestique, Clov, qu'il tyrannise. Une journée s'étire, comédie désespérée cent fois répétée, sans issue ni réel espoir d'en finir, sous le regard des parents de Hamm qui terminent leur existence dans des poubelles. 

Points forts

1 La pièce bien sûr ! S. Beckett met en scène une situation figée ainsi que des personnages enfermés dans leurs corps infirmes comme dans leurs habitudes. Qu'attendre sinon la mort? On tourne du début à la fin en rond autour du fauteuil de l'infirme comme dans leur quotidien devenu inhumain. Chacun rabâche sa partition usée dont les propos désabusés ne servent qu'à dénoncer, non sans drôlerie, l'absurdité de la vie et tenter ainsi d'abolir le temps.

2 Une magistrale et sobre interprétation des acteurs. 
Hamm et Clov, Philippe Catoire et Gérard Cheylus, emplissent tout l'espace de la scène, l'un de sa forte et fascinante immobilité, l'autre par ses douloureuses gesticulations. Philippe Catoire est impressionnant (son visage en particulier) par sa traduction de la douleur contenue dans un corps rivé à un siège d'infirme.
Gérard Cheylus, en domestique tourmenté par son maître, est bouleversant d'impuissance. Oscillant entre asservissement consenti et rébellion avortée, il confère au personnage de Clov, le mal aimé, une densité et un tragique palpables.
Un duo de talents qui joue sans fioritures, servi par de belles voix. 
Les vieux parents de Hamm, Marie Heuriau et Jérome Keen, sont parfaits, ressassant le passé, misérables et attendrissants. 

3 Une mise en scène crue et sobre à l'extrême, à l'unisson du texte. Belles lumières et, pour seule musique, toutefois essentielle, le vacarme des ustensiles de la maison qui s'entrechoquent. 

Quelques réserves

Je n'en vois pas.

Encore un mot...

Samuel Beckett dérange et captive. On entre au plus sombre des vies, mises à nu, et c'est prenant jusqu'à l'insupportable. Mais admirable. 

Une pièce libératoire et des acteurs qui la servent avec brio.  N'ayez pas peur d'y aller et laisser la fascination opérer. 
 

L'auteur

Samuel Barclay Beckett (Dublin, 13 avril 1906 - Paris, 22 décembre 1989) est un écrivain, poète et dramaturge irlandais d'expression française et anglaise, prix Nobel de littérature en 1969. Il écrivit "Fin de Partie" en français, entre 1955 et 1957.

Commentaires

gaelle
mer 04/11/2015 - 17:46

jaime bien mais c un eu dur pour la progression dramatique car il n'y a aucun acte et aucune scene donc c un peu chaud quand meme mais bon jai apprécie les relations qu'entretenaient nagg/nelle et hamm/clov cetait trop chou

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
FOLIE
De
Jean-Michel Ribes et Roland Topor