La mort de Danton

L’éclipse d’une passion
De
Georg Büchner
DUREE : 2H30 ( sans entracte)
Mise en scène
Simon Delétang
Avec
G. Gallienne (en alternance), C. Gonon, J. Sicard, L. Corbery, N. Lormeau, C. Hervieu-Léger, A. Cervinka, J. Frison en alternance), G. Kamilindi, J. Chevalier, M. Hands, N. Chupin, S. Bourenane, V. Breton, O. Debbasch, Y. Haller, I. Kinay, A. Martibonbo
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Salle Richelieu – Comédie Française
1 place Colette
75001
Paris
Jusqu’au 4 Juin 2023. Consulter le calendrier de l’alternance

Thème

  • En effet, en pleine période de la Terreur, Danton et Robespierre divergent sur la route à poursuivre pour mener à bien la Révolution : Danton « l’indulgent » souhaite alléger les souffrances du peuple et faire cesser la Terreur, Robespierre veut maintenir une impitoyable répression contre tous les ennemis de la Révolution. 
  • Les deux camps tentent de se concilier. Danton ne croit pas que la Convention puisse prendre des mesures contre lui, mais le tribunal révolutionnaire est acquis à Robespierre. “L’indulgent“ et ses partisans entament alors un lent parcours vers la mort, avec courage et héroïsme.

Points forts

  • L’esthétique “XVIIIeme siècle“ qui, dans un décor unique, donne à voir la fois les ors d’une royauté abattue, jusqu’à l’emplacement de l’échafaud.
  • Admirablement campé par Loïc Corbery, Danton est magnifique de vivacité et de désespoir, à l’image de ces héros romantiques que le souffle de la tempête entraîne vers une fin inéluctable et tragique. Il faut également souligner la fascinante interprétation de Robespierre par Clément Hervieu-Léger.
  • La distribution, empreinte de jeunesse, donne toute sa véhémence au propos et aux intransigeances des personnages. Les quelques personnages féminins aux incursions furtives apportent une touche d’émotion et un peu de fraîcheur dans cet orage de sentiments.
  • La formidable portée du propos de ce jeune homme de 22 ans sur l’engagement politique et social.
  • Un texte conséquent, qui nécessite une écoute très attentive, mais dont le lyrisme s’apprécie comme une symphonie.

Quelques réserves

  • Quelques longueurs de texte dues à l’écriture romantique, enthousiaste et prolifique de l’auteur. Quelques coupures n’eussent pas nui à l’ensemble.
  • La dernière image du spectacle pas forcément nécessaire (mais c’est une question de goût et n’engage que l’auteur de cette chronique.

Encore un mot...

  • Le spectacle s’ouvre sur le  Don Giovanni de Mozart, et le ton est donné pour toute la durée du spectacle : ce sera violent, emporté, passionné. Certes, la mise en scène est discrète et sobre, mais la direction d’acteurs participe d’un élan généreux qui abuse parfois de l’exaltation chez ses interprètes. Mieux cependant vaut un souffle épique qu’une absence de nuances. 
  • Il n’en reste pas moins que la distribution est à la hauteur de l’enjeu et que le spectacle est un moment à ne pas manquer.

Une phrase

ROBESPIERRE : « Il faut que le vice soit châtié, il faut que la vertu règne par la Terreur. (…) Peuple pauvre et vertueux ! Tu fais ton devoir, tu sacrifies tes ennemis. Peuple, tu es grand. Tu te manifestes au milieu des éclairs et des grondements du tonnerre. Mais peuple, tes coups ne doivent pas blesser ton propre corps, tu t’assassines toi-même dans ta fureur. Tu ne peux succomber que sous ta propre force. Tes ennemis le savent. Mais tes législateurs veillent, ils conduiront tes mains, – de leurs mains qu’on ne peut tromper, ils guideront tes mains dont on ne peut échapper. Venez avec moi aux Jacobins. Vos frères vous ouvriront les bras, nous instruirons le procès sanglant de nos ennemis. »
[…] 
CAMILLE  [DESMOULINS] : « Qu’est-ce que tu as ? 
DANTON : Le Comité de Salut public a décidé mon arrestation. On vient de me prévenir, on m’a proposé un lieu où fuir. Ils veulent ma tête. Et alors ? Je suis écoeuré
de tous leurs micmacs. S’ils la veulent, qu’ils la prennent ! Qu’est-ce que ça fait après tout ? Je saurai mourir avec courage, c’est plus facile que de vivre. 

CAMILLE : Danton, il est encore temps ! 
DANTON : Impossible, mais je n’aurais pas cru. 
CAMILLE : Ta paresse ! 
DANTON : Je ne suis pas paresseux, je suis fatigué. Mes semelles me brûlent. 
CAMILLE : Où vas-tu ?
DANTON : Si quelqu’un le savait !
CAMILLE : Sérieusement, où ?
DANTON : Me promener, mon garçon, me promener ! »
[…] 
SAINT JUST : « Nul ne peut avoir de privilège. Ni un particulier, ni une classe d’individus grande ou petite ! »
[…] 
LACROIX : « Le peuple est un minotaure pour qu’il ne les dévore pas, il lui faut ses cadavres hebdomadaires. »

L'auteur

  • Georg Büchner (1814-1837)  est un écrivain, dramaturge, révolutionnaire, médecin et scientifique allemand. Malgré la taille modeste de son œuvre — essentiellement trois pièces de théâtre une nouvelle et un tract — il est devenu tardivement l'une des figures marquantes de la littérature allemande du XIXᵉ siècle, surtout grâce à ses drames La Mort de Danton et Woyzeck. Né après la tourmente révolutionnaire et napoléonienne qui balaya l’Europe, il écrit durant l’apogée du courant romantique. 
  • Büchner traduisit également deux pièces de Victor Hugo, Lucrèce Borgia et Marie Tudor, mais efévrier 1837, il tombe gravement malade du typhus. Il revoit sa fiancée Wilhelmine Jäglé une dernière fois le 17 février, et meurt le 19, à l'âge de 23 ans.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
WELFARE
De
Julie Deliquet – D’après le film documentaire (1973) de Frederick Wiseman