LE MENTEUR

Un modèle de comédie française
De
Pierre Corneille
Adaptation : Marion Bierry
Mise en scène
Marion Bierry
Avec
Alexandre Bierry, Benjamin Boyer ou Thierry Lavat, Brice Hillairet, Anne-Sophie Nallino – Serge Noël, Mathilde Riey
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre de Poche
5 bd du Montparnasse
75006
Paris
01 45 44 50 21
Jusqu'au 11 décembre 2022 Du mardi au samedi 21h, le dimanche 15h

Thème

  • Roueries, duplicité, mensonges à tout va. Père, ami, valet, promises, tous et toutes sont victimes de cet emberlificoteur de Dorante, qui souffre plus d’une pathologie incurable que de la pure méchanceté. • Dorante ? Ce jeune dandy à la taille bien prise et plutôt bien de sa personne débarque de sa province où il poursuivait ses études, bien résolu à profiter des plaisirs de la capitale. Suivi de Cliton, son fidèle valet, notre galant rencontre deux jeunes femmes peu farouches dans les jardins des Tuileries. Il s’empresse de vouloir séduire les coquettes, Clarice et Lucrèce. Mais à laquelle s’adresse-t-il vraiment quand il raconte ses faits d’arme imaginaires, puis en feint d’organiser des fêtes somptueuses et extravagantes pour leurs beaux yeux ? 
  • Or voici que le père de Dorante veut le marier. Que nenni ! Notre Don Juan caresse d’autres projets, et préfère papillonner en embrouillant tout le monde. Entretemps, Dorante avait dû livrer un duel à son compagnon d’université, Alcippe, rival malheureux, qui lui dispute le cœur de la belle Clarice pour se dégager d’une situation amoureuse compromettante.                                                                             • D’où quiproquos, confusions, engrenages inextricables, imbroglios diaboliques sur un ton de légèreté, de liberté retrouvée et d’insouciance (on est, licence historique et adaptation“ baroque“ du metteur en scène, juste après la Révolution, sous l’ère approximative d’un Directoire libéral, voire enclin au libertinage).

Points forts

  • La narration par Dorante, joignant le geste à la parole, de ses fausses gloires militaires constitue un grand moment épique, digne de Matamore et de Cyrano de Bergerac                                                                      • La magie du verbe et l’écriture virtuose: l’élégance et le rythme d’alexandrins ciselés qui font mouche tant dans la bouche de Dorante, perpétuel énervé, que de Géronte son très digne père toujours bienveillant .
  • La prestation magistrale d’Alexandre Bierry  dans la peau  d’un  Dorante à la fois goguenard et survolté, étonnant dans sa gestuelle  et ses grimaces, et dont la ridicule grandiloquence touche au sublime. Son infortuné ami, Alcippe, est quant à lui empreint d’une poésie touchante tant sa naïveté fait peine à voir et à entendre.  Leurs jeux pourraient faire penser avec émotion à une certaine confrontation entre un Fabrice Lucchini humilié et un Lambert Wilson arrogant et sûr de lui se disputant les rôles dans Le Misanthrope (scène du film Alceste à bicyclette).
  • Géronte, le père bienveillant joué par Serge Noël, désespéré par l’inconstance de son fils, assure une présence remarquable. On en vient à penser à certains passages du Cid

Quelques réserves

• Parfois le spectateur s’y perd aussi, notamment quand les deux coquettes échangent leurs rôles et leurs aspects  apparaissant à la fenêtre dans une sorte de clair- obscur, à demi cachées, qui par son éventail, qui par un chapeau. Ajoutant à la confusion une servante vient s’intercaler et passe des messages. À son tour Dorante est berné…et nous aussi ; c’est un tout petit peu laborieux et longuet.

Encore un mot...

  • On l’aura compris, Marion Bierry a voulu, avec ce Menteur, moderniser, voire dépoussiérer par petites touches la comédie de Corneille. Un exemple parmi d’autres : l’insertion de temps en temps de chansonnettes aux refrains bien connus  des années 1950, poussées par les rôles titres eux-mêmes, ainsi Mon cœur fait boum de Charles Trenet, qui fonctionne parfaitement ici
  • Mais rendons à Corneille ce qui lui appartient : avec ce Menteur,  écrit après Le Cid et dans la foulée de L’Illusion comique, l’auteur des grandes tragédies classiques du grand siècle montre qu’il possède indubitablement la fibre comique. Du reste, n’a-t-on pas avancé qu’il avait pu être lui-même le Ghostwriter (pour écrire comme il convient aujourd’hui !) d’un  certain Jean Baptiste Poquelin ? Il l’a en  tout cas fortement inspiré avec cette pièce, et montre une aptitude à la comédie qui nourrit un légitime soupçon... Il est tout aussi vrai que Le Menteur (1644) reprend quelques envolées du Cid (1637).

Une phrase

Dorante à Cliton [Au début dans le jardin des Tuileries] : « Mais puisque nous voici devant les Tuileries / le pays du beau monde et des galanteries / Dis-moi, me trouves-tu bien fait en cavalier / ne vois-tu rien en moi qui sente l’écolier ? »

L'auteur

On ne présente plus Pierre Corneille (1606-1684), dit “le Grand Corneille“, auteur d’une trentaine de tragédies, sans compter quelques comédies, dont Le Menteur. L’hôte du théâtre du Marais (de l’époque), grand concurrent de l’illustre et monopolistique Hôtel de Bourgogne, y créa Le Cid, Cinna, Polyeucte, Horace, l’Illusion comique et Le Menteur  parmi d’autres. Toutes des pièces à succès, sauf peut-être sa dernière, Tite et Bérénice, que l’on compara à son désavantage à  la Bérénice de Jean Racine, lequel prit la relève. Le thème de l’honneur et du devoir confrontés aux feux de l’amour plonge le héros de Corneille dans le fameux dilemme cornélien.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche