Mon beau-père est une princesse

Mise en scène
Didier Bénureau et Catherine Hosmalin Avec Michel Aumont, Claire Nadeau, Didier Bénureau et Gaëlle Lebert
Notre recommandation
Bon

Infos & réservation

Théâtre du Palais-Royal
38, rue de Montpensier
75001 Paris
Paris
01 42 97 40 00
Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Au cours d'un week-end dans le Cantal, un homme de droite, tout ce qu'il y a de plus réac-Michel Aumont-, se fait draguer par son gendre, bobo déjanté-Didier Bénureau.

Points forts

  • Ca démarre très bien, sur un très bon rythme. Avec un ton très naturel.
  • Il y a, au début, tous les ingrédients des meilleurs one man shows de Bénureau; en particulier, l'art de prendre les gens à contre-pied, par un humour aussi féroce que lucide.
  • Egalement, ces portraits dont on ne se remet pas. Ici, celui d'une jeune femme bobo, avec tous les poncifs et les contradictions d'une gauche très pensante et humaniste.
  • Les comédiens sont excellents.

Points faibles

Malheureusement, tout dérape à partir du moment où Michel Aumont se laisse "embarquer"; et se met à poursuivre, de ses ardeurs nouvelles, son gendre qui n'en revient pas d'être parvenu à ses fins. On rit encore, mais on n' y croit plus. L'élan est brisé.
Que ceci ne dissuade pas Michel Aumont de persévérer dans le genre "Boulevard", car cette pièce a manifestement libéré en lui une truculence qu'on lui a rarement connue jusque là.

En deux mots

Quelle que soit la mode de la théorie du genre, il n'est pas si évident que cela de faire passer l'idée qu'en amour, un homme et une femme, c'est exactement la même chose. Au théâtre, en tous cas...

Une video

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.