Gaston, le gaffeur qui avait du nez

Parce que Franquin et Gaston le méritaient bien
De
André Franquin
Editions Dupuis - 120 pages
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

Gaston Lagaffe, personnage de bande dessinée né dans le journal Spirou sous la plume du dessinateur et scénariste Franquin, fête en 2018 ses 60 (et un) ans. Ce "Héros sans emploi", qui débarque un jour aux éditions Dupuis, est une figure iconique de la bande dessinée des années 70. Gaffeur au grand cœur, artisan de catastrophes à répétition, Gaston serait le révélateur des évolutions sociétales qui fondent une partie des valeurs de notre présent : "slow working", sieste au bureau, défenseur de la cause animale, du développement durable et de la créativité débridée.

Pour nous en convaincre, dans ce numéro spécial, les Editions Dupuis convoquent un Nobel (Jean Pierre Sauvage), José Bové, Yann Arthus-Bertrand, Hubert Reeves (Astrophysicien), Philippe Hensmans (Amnesty International), Pascal Canfin (WWF) et beaucoup d'autres pour "décortiquer" le succès du personnage. Associés à l'exercice, de nombreux auteurs de bandes dessinées, pour un exercice de pastiches sur des gags ou situations emblématiques du tempérament de Lagaffe et de ses "collègues".

Points forts

1- Un focus sur un héros de bande dessinée dont la lecture a sans doute amusé (presque) tous les baby boomers. C'est une occasion de le relire au premier, et en effet avec amusement encore, au second degré.

2- Une association d'interviews et de pages de bandes dessinées, qui mettent en scène Gaston sous la plume des auteurs de BD actuels (Zep, Lewis Trondheim, Peter de Poortere, Visorek et Libon…), mais aussi des histoires originales de Gaston, sous la plume de Franquin.

3- Une mention particulière pour Frédéric Janin qui a recolorisé/restauré l'ensemble des planches originales de Franquin, pour une colorimétrie plus fine, adaptée aux moyens actuels d'édition.

4- Accessoirement, un panégyrique du film sorti le 4 avril 2018 au cinéma, lui-même diversement apprécié par la critique, à l'exception d'Ouest France et du Parisien.

Quelques réserves

1- Accessoirement, le panégyrique du film sorti le 4 avril au cinéma ! Il prend de la place dans cette édition spéciale et donne à l'ensemble de l'ouvrage (bandes dessinées exceptées) un coté "promo" un peu (trop) présent.

2- Il n'est pas inintéressant de rechercher la modernité d'un héros de bande dessinée qui a 60 ans. Mais l'exercice pratiqué dans les interviews semble un peu convenu et peu spontané. On aurait pu souhaiter une vraie "étude" sur le personnage, son auteur, vus et revus à 60 ans d'écart.

Encore un mot...

Cette édition spéciale demeure un juste hommage à ce héros de bande dessinée, plongé du jour au lendemain dans la rédaction d'un magazine "pour enfants", anti héros par excellence de la frénésie des 30 glorieuses.  C'est avant tout un excellent prétexte pour ressortir ses vieux albums (ou acheter et offrir les éditions restaurées) et de se régaler, avec l'œil de l'enfance autant que de la maturité, de ces histoires courtes (2 pages la plupart du temps) et loufoques, fourmillant de détails. Gaston nous fait rire et sourire par ses inventions parfois absurdes, parfois prémonitoires. Un hommage mérité, "m'enfin" !!

Une phrase

Extrait de l'interview (parmi d'autres) de Pascal Canfin (Directeur exécutif du WWF France) : "Je crois qu'aucun autre héros de bande dessinée ne possède ce regard-là sur son époque. quel que soit l'album de Gaston que l'on ouvre, on y trouve véhiculées des valeurs très fortes et une mise à distance de ce que représentaient tous les progrès techniques de l'époque. C'était extraordinairement précurseur, voire franchement décalé par rapport à la doxa établie où le progrès ne posait aucun problème…. Il nous parle de la place de la nature en ville, du problème des embouteillages et de la pollution de l'air… "

L'auteur

André Franquin est le père de Gaston Lagaffe. Il lui a donné vie et imagination, de 1957 à 1991, dans les pages du magazine Spirou. Belge et francophone, il est aussi l'inventeur de Spirou et Fantasio, et du fameux Marsupilami.

Une fois n'est pas coutume, devant la difficulté de faire plus juste que ce résumé de l'encyclopédie en ligne de wikipédia, je vous en livre un court extrait, tel quel (et bravo à ses auteurs) : Franquin est un des piliers de la bande dessinée franco-belge et de la première génération de l'école de Marcinelle. Il se distingue par la qualité de son dessin, notamment dans le rendu des mouvements, l'expression des personnages, ses décors très riches, ainsi que par l'inventivité de son humour, souvent coloré de poésie. Travaillant à une époque où la bande dessinée est essentiellement destinée aux enfants, il réalise des histoires accessibles à un jeune public, tout en insérant des détails qui n'apparaissent qu'avec une lecture plus approfondie.

André Franquin a influencé toute une génération d'auteurs de BD et a reçu de nombreux prix européens. Il est décédé en 1997.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.