Un pied au paradis, d’après le roman culte de Ron Rash

Huis-clos agricole mortel au cœur de l’Amérique profonde !
De
Michele Foletti
Ed. Sarbacane
168 p.
26 €
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

Oconee, comté rural des Appalaches du Sud, ancienne terre Cherokee, va disparaître. En ce début des années 1950, Carolina Power, compagnie d’électricité, rachète tous les terrains de la vallée afin de construire une retenue d'eau qui recouvrira fermes et champs.

Dans la vallée vit un couple d’agriculteurs. Amy est belle, Billy disgracieux. Pauvres et travailleurs, ils cultivent avec une détermination obstinée ce bout de terre sans avenir.

Dans la vallée vivent également Mrs Winchester et son fils, Holland. Celui-ci est jeune, fort, beau, décoré, alcoolique et querelleur. Vétéran de la deuxième guerre mondiale, en butte à une réadaptation difficile à la vie civile, il disparaît mystérieusement. Convaincue qu’il a été tué, sa mère prévient le sheriff Alexander.

Originaire de la vallée qu’il a désertée pour aller vivre en ville, confronté à des difficultés de couple, il doit, pour mener son enquête, revenir à contrecœur sur les terres de son enfance où vit toujours le reste de sa famille. Il est accompagné de son adjoint Bobby. 

Très vite, ses soupçons se portent sur Billy ...

Points forts

L’album est structuré en cinq chapitres qui permettent de rapporter l’intrigue du point de vue d’autant de personnages :  le Shérif tout d’abord, puis Amy Holcombe, son mari, Billy, son fils, Isaac, et enfin l'adjoint Bobby. Si le procédé a déjà été utilisé, tant en littérature qu’au cinéma, il est toujours aussi efficace pour dévoiler progressivement les ramifications de l’intrigue. 

Autre choix original de construction : la « voix-off » qui vient « sous-titrer » les dialogues. Sur de nombreuses pages et cases, elle se juxtapose et complète ainsi les dialogues de l’action saisie sur le vif. Si l’utilisation de la « voix-off » n’est pas non plus une nouveauté, son utilisation concomitante avec les dialogues constitue une vraie originalité qui donne une tonalité, un rythme et une musicalité tout particuliers à l’album. 

Un pied au paradis est un titre un peu mensonger. La vie à Oconee est en effet assez éloignée du jardin d’Eden. Michele Foletti restitue magnifiquement l’ambiance moite, suffocante et pesante de ce bout d’Amérique profonde où macèrent les rancœurs familiales, jalousies de voisinage et non-dits adultérins d’une communauté dont la vie en vase presque clos est rythmée par les bagarres d’ivrognes. L’ambiance est proche de celle du crépusculaire True Detective dont la saison 1 jouée par Matthew McConaughey et Woody Harrelson avait été diffusée en 2024 sur HBO.

Quelques réserves

Âmes sensibles s’abstenir ! La vie n’est pas tendre à Oconee. Le caractère des habitants et leurs relations sont à l’image de celui de la région : âpre, rude, étouffant et dépourvu de tout excès d’affection. Il peut arriver au détour d’une case de ressentir comme un léger manque d’oxygène. 

Pour les afficionados de la ligne claire, le dessin de Michele Foletti peut être déroutant : trop tremblant, trop brouillé, trop caricatural… Mais on ne peut lui contester sa modernité et la vibration avec laquelle il restitue la lourdeur moite de ce coin d’Amérique.

Encore un mot...

Ron Nash et Michele Foletti sont experts en fausses pistes. Un lecteur pressé pourrait prendre Un pied au paradis pour une enquête criminelle centrée autour de trois personnages masculins – le Shérif Alexander, Holland Winchester, Billy Holcombe – sur fond de prédation industrielle. De mon point de vue, il n’en est rien. Cet album à tiroirs est fondamentalement l’histoire de trois femmes : Amy Holcombe, Mrs Winchester et la veuve Glendower. Ce sont elles qui, par la puissance de leur détermination, de leur désir de maternité, de vengeance et d’indépendance, polarisent leur univers et mettent en branle un enchaînement d’événements qui finira par les dépasser.

Une illustration

L'auteur

Michele Foletti est un jeune (à tous les sens du terme) auteur de BD. En effet, Un pied au paradis n’est que son deuxième album. Le premier, Les Égarés de Déjima, sur un scenario de Nicolas Wouters, a été publié en 2018 aux éditions Sarbacane. Michele Foletti doit sa découverte de la BD et du dessin à Thorgal et Calvin & Hobbes. Il s’intéresse à la narration spéculative et à la transmission de l’art séquentiel.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir