De sang et de lumière

Laurent Gaudé: un pari audacieux, et gagné
De
Laurent Gaudé
Editions Actes Sud
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Inspirés par différents voyages de l’auteur, à Port-au-Prince, au Kurdistan irakien, mais aussi par ses visites dans la jungle de Calais et le camp de Grande-Synthe, sept poèmes composent ce recueil : Korshak, Le chant des sept tours, Et pourquoi pas la joie?, Seul le vent, Si jamais un jour tu nais, Notre-Dame-des-Jungles, De sang et de lumière, et Le serment de Paris.

Des esclaves d’hier, aux migrants d’aujourd’hui, de la jungle de Calais à la passivité de l’Europe, en passant par la multiplication des attentats dans le monde entier. Tous ces textes dépeignent ces vies confisquées, broyées, volées parfois avant même qu’elles aient commencé.

Laurent Gaudé en fait, à l'occasion, une complainte, comme « Le chant des sept tours », qui fait référence à cette cérémonie cruelle inventée par les esclavagistes pour limiter les suicides à bord des négriers : avant de monter dans le bateau, les esclaves devaient faire sept fois le tour d’un arbre, dans une sorte de rituel pour oublier sa terre. Ici, Laurent Gaudé propose de tourner dans l’autre sens, et de se rappeler.

D’autres textes ont des allures de pamphlets, comme « De sang et de lumière », qui pointe du doigt une Europe en délitement moral face à l’arrivée des migrants, et dont l’auteur déplore l’endormissement et la fermeture face au phénomène migratoire qui devrait être, selon lui, envisagé, dans sa complexité, comme un beau défi.

Dans chacun de ces textes, le poète cherche toujours à relever l’homme dans sa dignité, donnant à ces poèmes une luminosité, une espérance païenne. De la prière Korshak, « prière à aucun dieu, aux hommes », que murmure l’auteur, à son émerveillement de voir des migrants de Calais chercher encore consolation auprès d’un dieu, jusqu'à l’espoir du peuple kurde de former un jour un seul pays…

Points forts

Le recueil de Laurent Gaudé est absolument lumineux, et porte ,avec une infinie délicatesse, souffrances,  injustices,  espoirs, dans une recherche permanente de restaurer dignité à l’homme dans la pire des misères. Comme il le souligne lui-même très justement, « Un homme à terre a encore la force inouïe de dire sa plainte. », et c’est la plainte de ceux que l’on n’entend pas qu’il exprime ici, en faisant de ses mots l’instrument d’une consolation à la souffrance et à la solitude.

Aborder ce sujet hypermédiatisé par la poésie est une belle manière de toucher les uns et les autres, en redonnant tout leur poids aux souffrances évoquées, noyées quotidiennement dans un flot d’informations qui finit par banaliser l’insoutenable.

Quelques réserves

Aucun. Certains poèmes sont plus lumineux, d’autres plus accusateurs. Je trouve, pour ma part, que les premiers livrent plus justement le message de l’auteur; mais ils sont tous teintés d’une note d’espérance.

Encore un mot...

Ce texte magnifique est une ode à la dignité humaine, qui ne laisse pas indifférent et nous interpelle, à l’image de son auteur, un doux révolté !

Une phrase

- « Je veux une poésie qui s’écrive à hauteur d’hommes. Qui regarde le malheur dans les yeux et sache que dire la chute, c’est encore rester debout. Une poésie qui marche derrière la longue colonne des vaincus et qui porte en elle part égale de honte et de fraternité. Une poésie qui sache l’inégalité violente des hommes devant la voracité du malheur. » (p.1)

- « Tu es Solange

Tout est à toi qui n’as rien

Et pourquoi pas la joie ?

La fierté d’être femme

Fille de mère nombreuse,

Indisciplinée au temps,

Affranchie,

Sœur des fougères qui plient

  doucement sous le vent.

Solange,

La fille qui ouvre le ciel

Et rachète,

Par le simple déhanchement

   de son sourire,

Nos vies indistinctes. »

- « Et pourquoi pas la joie ? », dernière page.

L'auteur

Laurent Gaudé, romancier, nouvelliste et dramaturge français, est né en 1972 à Paris, dans le 14èmearrondissement. Distinguée, entre autres prix, par le Goncourt, en 2004, pour Le Soleil des Scorta, toute son œuvre prête voix à ceux qui n’en ont pas, et notamment aux exilés. Dans un article de février 2016, intitulé « Ci-gît la France », il faisait part de sa honte face à la situation des migrants à Calais et Grande-Synthe.

De sang et de lumière est son premier recueil de poèmes, poèmes qui seront prochainement lus au théâtre du Rond-Point.

Inlassable humaniste, amoureux de Blaise Cendrars, Laurent Gaudé cherche les zones d’inconfort, à aller se frotter au monde, à ses abîmes, pour y déceler l’éternelle possibilité d’un véritable humanisme.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.