Expositions

Jeff Koons, La Retrospective

Infos & réservation

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
Tél. : 01 44 78 12 33
http://www.centrepompidou.fr
Jusqu'au 27 avril: Exposition ouverte de 11h à 21h tous les jours, sauf le mardi
Publié le 27 déc . 2014

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Universellement connu, autant adulé que décrié, Jeff Koons réalise des œuvres monumentales et colorées, qui n’ont pas fini de faire débat.  Profondément inspiré par la culture pop, l’artiste élabore depuis plus de trente cinq ans un vocabulaire plastique qu’il veut « accessible à tous ».  Après avoir été présentée au Whitney Museum de New York, la rétrospective Jeff Koons  s’installe au Centre Pompidou, réunissant quelques cent sculptures et peintures. Une bonne occasion de découvrir ou redécouvrir l’oeuvre de l’artiste vivant le plus cher au monde.

Points forts

1/ Notre immersion dans l’univers de Jeff Koons commence sous les meilleures auspices avec une scénographie simple, bien pensée, s’appuyant sur un parcours chronologique. Le résultat est des plus efficaces : les sources d’inspirations de l’artiste et l’évolution de son processus de création sont d’emblée mises en avant. Jeff Koons aime l’art figuratif et le kitsh. Partant presque systématiquement d’objets existants, issus de la culture populaire, Koons joue du décalage entre l’objet proposé et son contexte de réception. La série « pre new /the new » en est une bonne illustration : en exposant des aspirateurs sous vitrines, Koons cherche à synthétiser sa vision de la société américaine : entre pragmatisme domestique, rêve de réussite individuelle et course effrénée à la nouveauté.

2/ Une vraie gaieté, une vraie légèreté se dégage de cette exposition. Popeye, Hulk, Mickael Jackson et les sculptures géantes colorées, en acier inoxydable, participent directement à cette atmosphère désinvolte, comme un retour en enfance.

3/ L’exposition s’achève par les sculptures « gazing ball », répliques en plâtre des chefs d’œuvres de la culture classique, greffées d’une boule en verre soufflé. Cette série ouvre la voie à toutes sortes de questions : Quel est le rapport entre le passé et le présent ? Quel est le statut de la copie face à l’original ? Quelle est la place de l’art contemporain dans l’histoire de l’art ? Une bonne occasion de rappeler que les artistes s’inspirent inexorablement les uns des autres.

Points faibles

1/ Cette quête permanente, voire viscérale, d’un art accessible au plus grand nombre, pourra en agacer certains, qui trouveront ce parti pris trop facile, voire même relevant d’une stratégie commerciale et marketing.

2/ La salle interdite aux moins de 18 ans,  dédiée aux photographies mettant en scène les ébats sexuels de Koons et son ex-épouse Cicciolina, n’apporte rien à l’exposition.

3/ Au même titre qu’un Anselm Kiefer, qu’un Murakami ou qu’un Damien Hirst, Koons conçoit ses œuvres mais ne les réalise pas. Il confie la réalisation à son atelier et à des artisans réputés. Rappelons cependant que cette pratique d’atelier et de travail à la chaîne était monnaie courante à la Renaissance.

En deux mots ...

Il est difficile de passer à côté de cette exposition qui présente l’un des artistes les plus connus au monde. Bulle spéculative ou génie du XXIème siècle, cette exposition permettra à tout un chacun de se forger sa propre opinion.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.