Expositions

Villa Flora, les temps enchantés

Quand les collections rimaient d'abord avec passion...

Infos & réservation

Musée Marmottan Monet
2 rue Louis Boilly
75016 Paris
Tél. : 01 44 96 50 33
http://www.marmottan.fr
Jusqu'au 7 février: Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 18h. Nocturne le jeudi, jusqu’à 21h;

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 14 jan . 2016

Recommandation

3,0BonBon

Thème

L’exposition présente la collection du couple suisse, Arthur et Hedy Hahnloser.                        

Collection réunie entre 1905 et 1936, soit 75 chefs d’œuvre de nabis et de fauves. 

Ce couple, passionné par l’art, commence par s’offrir des tableaux d’artistes contemporains, de leur pays. Ensuite, enthousiasmés par la peinture française de l’époque, les Hahnloser commencent leur collection, avec l’aide de Vallotton. Ils vont remplir la Villa Flora, leur demeure, de tableaux et ils seront même contraints de l’agrandir. Aujourd’hui, la Villa Flora, située à Winterthur, est un musée animé par les petits enfants des Hahnloser.                                            

Le couple Hahnloser n’ignore pas les grands précurseurs de la modernité, ceux qui ont rompus avec les conventions académiques, comme Cézanne, Manet, Van Gogh et Renoir mais il ne s’agit pas de « l’élément central » de leur collection et ils ne s' intéresseront à eux que dans un second temps. Dans un premier temps, ils vont rassembler un ensemble d’œuvres réalisés par leurs contemporains,  Vallotton, Bonnard et Vuillard en tête. Ils privilégient le contact direct avec les artistes, tissent des liens d‘amitié et leur maison devient un lieu de rencontres, qui sera souvent peint tel un « écrin ». D’ailleurs,  la mise à  l’honneur des œuvres ne représente pas le seul objectif de cette exposition qui rend aussi hommage au caractère unique tant de la villa Flora que de ce couple suisse.

Points forts

* De rares chefs d’œuvre, exposés pour la première fois à Paris, tels  certaines  œuvres des Nabis, libérés de la perspective linéaire et influencés par les estampes japonaises. 

* J'ai été particulièrement sensible aux tableaux de  Bonnard, très habile pour recréer des atmosphères : « le tub ou effet de glace »; de Vuillard, qui utilise l’allusion pour mettre en scène une ambiance énigmatique ou pour stimuler la curiosité : « la partie de dames à Amfreville »; mais aussi, à l'oeuvre de Valloton, « la blanche et la noire », peinture provocante et mystérieuse; ou encore, à « l’amazone » de Manet.

* Le parcours de l’exposition, organisé en sections monographiques, artiste par artiste, met bien en évidence les liens entre les principaux peintres.

Points faibles

Simple question: pourquoi les fauves sont-ils sous représentés? Pourtant Henri Manguin était un proche du couple...

En deux mots ...

Pour beaucoup, donc, des oeuvres rares, présentées dans un décor charmant.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.