Goodbye Britannia. Le Royaume Uni au défi du Brexit

La perception du Brexit par une des plus éminentes diplomates françaises. Magistral et éclairant !
De
Sylvie Bermann
Editions Stock, 2021 - 259 pages - 19,50€
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Thème

Les missions successives de l’ambassadrice Sylvie  Bermann  lui ont permis d’être à la fois une actrice et une observatrice privilégiée d’événements historiques : l’avènement de XI Jinping, le rapprochement sino-russe, le « pari du Global Britain au risque du Little  England »... Elle raconte dans un style très « british », la « nuit sans sommeil » du référendum sur le Brexit (23-24 juin 2016). Elle décrit la stupeur des Britanniques à la nouvelle totalement imprévue du vote de défiance contre l’Union européenne. Elle souligne les erreurs de David Cameron, les maladresses de Theresa May et les « mensonges » de Boris Johnson. Elle dénonce les réflexes xénophobes des Anglo-saxons au lendemain du vote et le « chaos politique » qui a suivi, pendant trois ans et demi, afin de négocier la rupture avec le Vieux continent.

Elle montre que le Brexit a divisé autant les Anglais que l’affaire Dreyfus avait séparé les Français. Elle doute des chances du Global Britain de relancer son économie. Elle avoue ne pas comprendre l’attraction des Britanniques pour un si « splendide isolement ». Elle montre l’attachement des Anglais à la famille royale qui a pour contrepartie sa foisonnante exposition médiatique. Elle se livre enfin à un magistral exercice d’anticipation des rapports entre les quatre principales puissances mondiales : les Etats-Unis, la Chine, la Russie et l’Union européenne.

Points forts

Sylvie Bermann met son style à la fois vif et élégant au service de sa vaste culture et de son sens psychologique aigu.

Quelques réserves

Il est dommage qu’elle ne développe pas suffisamment sa vision des futures relations entre Global Britain et les autres puissances économiques.

Encore un mot...

Forte de son expérience internationale, elle perçoit dans le Brexit le symptôme prémonitoire d’une profonde crise des démocraties représentatives.

Une phrase

« Le résultat du référendum du 23 juin 2016 sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne a bien été une révolution dans ce « pays de boutiquiers », selon l’expression dédaigneuse de Napoléon – mais que les Britanniques reprenaient volontiers à leur compte –, pour qui le portefeuille et donc les intérêts économiques primaient sur toute autre considération. La prévalence des émotions sur la raison, de l’idéologie et du dogmatisme sur le pragmatisme, a constitué une remise en cause de toutes ces certitudes et de la conviction des dirigeants que leurs compatriotes étaient viscéralement attachés au statu quo.

L'auteur

Sylvie  Bermann a été la première femme ambassadrice à Pékin, à Londres et à Moscou.Elle a également publié chez Stock “La Chine en eaux profondes”.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.