Livres/BD/Mangas

Correspondance 1928-1968

De Marc Bernard & Jean Paulhan

Édition établie, présentée et annotée par Christian Liger,
complétée et achevée par Guillaume Louet.
Édition Claire Paulhan Novembre 2013
 

Tags :
Publié le 16 jan . 2014

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

En 1919, il devient secrétaire du directeur de la NRF, Jacques Rivière (beau-frère d'Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes),puis le remplace à sa mort. Éditeur, il ouvre la voie à nombre de jeunes auteurs.
Il prend part à la Résistance mais s'opposera aux outrances de l'épuration. Son oeuvre, faites d'essais, de critiques, est marqué par un goût pour le langage et pour l'analyse.

Elle porte aussi sur l'art, avec << Braque le patron >>, << Fautrier l'Enragé >>. Ou sur l'histoire littéraire, avec son portrait de l'énigmatique anarchiste et esthète Félix Fénéon, << F.F. ou le critique >>.

Cette correspondance est le reflet de 40 années d'échanges littéraires, politiques et amicaux.
 

Points forts

  • La période de la deuxième guerre mondiale fait ressortir la complexité des situations personnelles et des enjeux idéologiques, qui peuvent conduire à des égarements momentanés.
  • Un travail de notes très fouillé qui comble les lacunes des lettres égarées.
  • La sincérité des deux correspondants l'un avec l'autre, la simplicité de ton,la liberté d'esprit.
     

Points faibles

Le manque d'un grand nombre de lettres de Jean Paulhan.

En deux mots ...

On découvre avec les échanges littéraires, politiques et humains de ces deux Nîmois issus de milieux différents, mais qui se rejoignent sur une certaine éthique de la liberté comme de la responsabilité, une relation qui grandit dans la confiance et la maturation de deux oeuvres très différentes d'esprit. Le temps favorise la densité de leurs échanges, et le paysage littéraire qui se dessine au cours des lettres et de leurs notes s'enrichit au profit de notre curiosité.

L'auteur

Marc Bernard, Nîmois d'origine modeste, né en 1900, ouvrier, cheminot, s'émancipe en autodidacte de ses conditions de vie difficile. Il pense à être comédien mais c'est l'écriture qui va le mettre en selle, avec l'envoi en 1928 de son roman << Zig-zag >> à Jean Paulhan, Nîmois comme lui, alors directeur de la Nouvelle Revue Française.

Marc Bernard entame dès lors une oeuvre souvent autobiographique, empreinte de réalisme social comme d'un amour de la vie simple. Mais qui compte aussi des essais. Quelques titres: << Pareils à des enfants >>,    << À hauteur d'homme >> ou << Au-delà de l'absence >>.

Jean Paulhan, né en 1884, professeur de latin et français à Madagascar, est remarqué pour le récit distancié de son expérience de soldat, paru en 1917, << Le Guerrier appliqué >>.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.