Livres/BD/Mangas

Manet Une Révolution Symbolique

De Pierre Bourdieu

Editions du Seuil

Lu / Vu par

Arnaud Joly
Publié le 17 déc . 2013

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Même pour ceux qui ne sont pas passionnés de peinture

Thème

Il s’agit de la transcription orale des cours donnés au collège de France, en 1999/2000 et 2000/2001. Bourdieu applique sa méthode d’analyse sociologique pour démontrer que Manet a constitué une révolution symbolique contre la peinture académique de style pompier. Il est engagé personnellement dans cette démonstration car il identifie sa propre démarche de sociologue à celle de Manet en peinture.

Les champs analysés sont : Le système de formation, l’institution académique, les peintres, la critique.

Et dans chacun, Bourdieu relève les « dispositions » des acteurs qui s’expriment en fonction des situations, des opportunités. Un peintre ne peint pas avec une intention bien déterminée de réaliser un projet pré établi précisément ; il s’exprime en fonction de ses acquis, de son environnement, de ses possibilités. Et pour vraiment comprendre l’œuvre, il faut en reconstituer la genèse en s’appuyant sur l’œuvre ET sur l’analyse du monde social au sein duquel elle a été produite.

Par exemple, Bourdieu analyse en détail l’habitus de Manet qu’il qualifie de clivé entre ses origines de grand bourgeois et sa vie de rapin (étudiant en peinture) bohème. Manet a une attitude aristocratique mais est républicain. En peinture, il aime les défis, s’oppose aux conservateurs comme aux réalistes (Courbet). Il n’a pas de difficulté financière, entretient des contacts sociaux très divers (ses anciens camarades d’école et d’atelier, ses relations mondaines et familiales) mais souffre de son absence de reconnaissance comme peintre.

Il est vrai que cette analyse corrobore bien l’esthétique de Manet et sa démarche révolutionnaire tant sur le plan de la composition que de la signification. Rappelons-la rapidement :

-         Il dépasse le formalisme en considérant les chefs d’œuvres anciens comme un réservoir d’idées et de formes, mais aussi comme un défi.

-         Manet se construit par refus de la peinture académique qui raconte une histoire, mais aussi du naturalisme de Courbet et du romantisme de Fantin-Latour.

-         Il veut s’approprier ce qu’il refuse pour le dépasser, sans suivre une démarche qui ne serait pas la sienne, comme celle des impressionnistes.

-         Manet rejette l’illusion de la troisième dimension ; il recherche un espace plat et resserré.

-         Il refuse un thème central et un temps historique, d’où son abandon de la perspective avec une occupation de tout l’espace de la toile et une forme d’instantané photographique.

-          Il s’écarte de la représentation d’un monde ordonné ; d’où cette égalité de traitement de tous les personnages et objets, et l’absence de représentation de sentiment ou de position sociale reconnue.

Manet substitue à la représentation du sacré le sacré de la représentation.

Points forts

Bourdieu applique donc sa démarche à l’analyse de la révolution symbolique que provoque Manet ;on pourrait craindre idéologie et ennui. C’est tout le contraire. Comme il s’agit d’un cours oral, Bourdieu réagit aux critiques, fait des rappels et des apartés saisissants, se montre très didactique et même parfois drôle. Il veut convaincre son auditoire. Il se méfie en permanence des positions qui pourraient être infondées, mais cela ne l’empêche pas de prendre des risques dans un discours très direct. C’est très convaincant.

Points faibles

Il s’agit d’un gros livre, 750 pages, car il contient aussi un manuscrit inachevé que Pierre Bourdieu et son épouse avaient en cours de rédaction !

En deux mots ...

A lire impérativement pour (re)découvrir la démarche sociologique de Pierre Bourdieu, dans un contexte de cours oral qui met en valeur ses capacités d’adaptation à un difficile sujet d’esthétique. Une approche inhabituelle et féconde de l’histoire de l’art des 19 et 20èmes siècles.

L'auteur

Pierre Bourdieu (1930-2002) est l'un des sociologues français les plus importants de la deuxième moitié du XXe siècle. Sa pensée a exercé une influence considérable dans les sciences humaines et sociales. Issu d’un milieu très modeste, Pierre Bourdieu a franchi toutes les étapes de l’excellence (Normalien, agrégé de philosophie, Professeur au collège de France) et s’est imposé comme une référence intellectuelle de gauche.

Le monde social est pour à Pierre Bourdieu divisé en « champs » (artistique, politique,…) dotés d’une autonomie relative, et spécialisés dans l’accomplissement d’une activité sociale donnée. Ces champs sont hiérarchisés et leur dynamique provient des luttes de compétition que se livrent les agents sociaux, regroupés en corps, pour y occuper les positions dominantes.

Mais ces conflits ne se réduisent pas aux conflits entre classes sociales sur lesquels se centre l’analyse marxiste. Bourdieu insiste sur l’importance des facteurs culturels et symboliques. La capacité des agents en position de domination à imposer leurs productions culturelles et symboliques joue un rôle essentiel dans la reproduction des rapports sociaux. Cette violence symbolique arbitraire, mécanisme premier d’imposition des rapports de domination, aboutit cependant à une échelle de valeurs souvent admise comme légitime par tous, sauf révolution symbolique...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.