Livres/BD/Mangas

Carthage

En pleine forme
De Joyce Carol Oates
Editions Philippe Rey - 608 pages
Publié le 22 jan . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Direction Carthage, petite ville du nord de l’Etat de New York, dans le massif des Adirondacks. Juillet 2005 vient tout juste de commencer, tout paraît calme et ordonné- sauf que Juliet Mayfield a rompu ses fiançailles avec le caporal Brett Kincaid, héros de retour de la guerre en Irak. Deux précisions : Juliet est belle et fille du maire, et elle a mis fin à ses fiançailles pour des raisons obscures. On va aussi apprendre que, malgré son statut de héros, Brett souffre de traumas, conséquence de son séjour au Moyen-Orient. Et puis, il y a Cressida, la jeune sœur rebelle de Juliet secrètement amoureuse de Brett qui disparait- on ne retrouvera d’elle que quelques gouttes de sang dans la Jeep de Brett. Il est le suspect numéro 1, le coupable idéal… Le temps passe. Sept années plus tard, apparaît un nouveau personnage. Va-t-il résoudre le mystère qui plane sur Carthage ? Sur ce drame bizarre ?

Points forts

- En grande forme, Joyce Carol Oates ne se contente pas de raconter seulement et simplement la disparition, le drame ; avec un œil perçant, elle décrypte la société américaine de l’après 11 septembre 2001.

- Carthage, c’est le roman de l’Amérique désenchantée. De cette Amérique, au quotidien, confrontée à la violence, à la guerre, à l’amour, à la haine, aux esprits au moins agités, au pire dérangés…

- Les mots toujours justes pour dire et raconter l’horreur de la mise à mort et des couloirs de la mort et pour rappeler qu’un crime, à la guerre ou dans la vie ordinaire, est toujours et d’abord un « crime de conscience ».

- Une écriture âpre et intense pour magnifier le suspense.

Points faibles

Parfois, pour bien appuyer ses convictions au sujet de la société américaine, Joyce Carol Oates succombe à quelques facilités dialectiques.

En deux mots ...

Une jeune fille disparaît, le fiancé de sa sœur fait un coupable idéal. La belle occasion pour Joyce Carol Oates de pointer une société qui trace trop facilement une démarcation entre victime et coupable et qui, trop souvent, excuse les pires comportements humains.

Une phrase

« On ne m’aimait pas assez. C’est pour ça que j’ai disparu. A dix-neuf ans. Ma vie jouée à pile ou face ! Dans cet espace immense- sauvage- de pins répétés à l’infini, les pentes abruptes des Adirondacks pareilles à un cerveau plein à éclater… »

L'auteur

Née le 16 juin 1938 à Lockport, New York (Etats-Unis), Joyce Carol Oates est romancière, nouvelliste, poétesse, dramaturge, essayiste, professeure de littérature à Princeton et membre de l’Académie américaine des arts et des lettres. Elle a publié son premier roman : With Shuddering Fall en 1964. Parmi ses textes les plus connus : Wonderland (1971), Reflets en eau trouble (1992), Zombie (1995),  Blonde (2000) ou encore De la boxe(1987). Elle publie également des romans policiers sous deux pseudonymes : Rosamond Smith et Lauren Kelly. Parmi ses influences, elle évoque Feodor Dostoïevski, James Joyce ou encore Flannery O’Connor. Chaque année, son nom est cité parmi les possibles prix Nobel de littérature.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.