Livres/BD/Mangas

Danser sur un volcan

Dépasser le catastrophisme ambiant
De Nicolas Baverez
Editions Albin Michel

Lu / Vu par

Yann Kerlau
Publié le 22 mar . 2016

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Comment et pourquoi ce premier quart du vingt-et-unième siècle est-il au bord du chaos et quels sont les défis auxquels les hommes sont et seront exposés dans les cinquante années à venir ? Enjeux politiques, démographiques, sociaux, industriels, religieux, nationaux, tout est passé au crible par un narrateur qui allie réflexion, méthodologie et connaissances.

Points forts

Bienvenue à l’intelligence et à la raison et haro sur les conclusions hâtives des experts auto-proclamés qui n’ont su prévoir ni l’affaiblissement des démocraties occidentales ni l’effondrement du mur de Berlin et moins encore la montée en puissance d’un Islam lancé à plein galop à la conquête des esprits et des territoires. AvecDanser sur un volcan, son dix-neuvième ouvrage, Nicolas Baverez nous comble. Savoir et hauteur de vues, recul et retenue de tout jugement à l’emporte-pièce laissent à chacun la faculté d’être ou de ne pas être d’accord avec lui. Pas un temps mort en tout cas dans ce récit piloté de main de maître. Si  la succession de calamités passées ou à venir peut faire frémir, tel n’est pas le propos de ce livre. Mettant surPause les sirènes du catastrophisme ambiant, l’auteur n’a qu’un souhait : ouvrir les yeux de ceux qui se laissent gouverner par des hommes qui n’en sont pas dignes. Pari audacieux mais en tout cas pari réussi haut la main pour ce livre qu’on lit de bout en bout, avec passion.

Points faibles

On peut regretter que Nicolas Baverez n’ait pas davantage explicité les raisons de l’effondrement général des croyances et des pratiques religieuses en Europe occidentale depuis la seconde guerre mondiale. Leur déclin comme leur désaffection laisse un boulevard à un Islam conquérant et sans complexe qui, si je peux me permettre de donner un avis personnel, a des chances de ne faire qu’une bouchée de leurs maigres restes.

Une phrase

- « La fin des idéologies du vingtième siècle – communisme, nazisme et fascisme – a libéré, du fait de l’inconséquence des démocraties, un vaste espace dans lequel se sont engouffrés  nationalismes et fanatismes religieux »

- « Nul n’a le droit d’oublier que l’acte de baptême du siècle est signé par les attentats du 11 septembre 2001 : ils ont provoqué un cycle de guerres en chaîne dont le projet de restauration du califat porté par l’Etat Islamique est le dernier avatar. »

L'auteur

Normalien, énarque, docteur en histoire et agrégé de sciences sociales, auditeur à la Cour des Comptes, puis conseiller référendaire, Nicolas Baverez est  avocat d’affaires au sein du Cabinet Gibson, Dunn & Crotcher à Paris. Un parcours remarquable pour ce quinquagénaire qui écrit pour Le Figaro, Le Point, comme il l’a aussi fait pour Les Echoset Le Monde. Derrière lui, dix-huit livres au travers desquels il dénonce – entre autres – les freins paralysant l’Etat français et explique les raisons du déclin de la France sur la scène mondiale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.