Livres/BD/Mangas

Hozuki

Un roman subtil et délicat sur la force des liens maternels
De Aki shimazaki
Editions Actes Sud - 138 pagex

Lu / Vu par

Hélène Kolsky
Publié le 04 jan . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Aki Shimazaki s’est inspirée d’une histoire qu’elle avait entendue il y a 40 ans, celle d’un bébé trouvé mort dans une consigne.Hôzumi raconte donc l’histoire de Mitsuko, propriétaire d’une librairie d’occasion spécialisée en philosophie, maman célibataire d’un petit garçon métis qui est sourd et muet. On apprendra au fil des pages à connaître son fils et la relation qui les unit.

Mitsuko est heureuse avec sa mère et son fils Tarô. Mais chaque vendredi soir elle redevient entraÏneuse dans un fameux bar haut de gamme afin de demeurer indépendante financièrement.

Mitsuko est une femme fière, têtue et très cultivée.Mais la jeune femme porte un secret précieux qui risque d’être mis au jour par une nouvelle cliente. On découvrira plus tard que Mitsuko n’est pas la mère biologique de l’enfant, bien que celui-ci l’ignore. Les circonstances de leur rencontre, qu’elle nous livrera comme un secret, sont à la fois troublantes et grandioses. Et c’est là le cœur même du roman.

Points forts

- Un magnifique roman sur la force des liens maternels.

- Une écriture d’une simplicité bouleversante, des phrases courtes et directes, qui vont droit au but, sans lyrisme.     

- Ce roman très dérangeant, aura été l’occasion pour l’auteure de réfléchir sur la force du lien maternel, qu’il soit biologique ou non. Mais le thème du livre, ne s’est dessiné qu’à la fin de l’écriture.

- Habileté à mêler tradition et vie plus dissolue, dans le cadre très codifié de la société japonaise, autour d’un secret du passé. Aki Shimazaki, sans choquer, explore la famille, mais surtout différents aspects du couple, sa « préoccupation de base »;

- Elle ne décrit  pas les émotions, elle les laissent "monter" dans l'esprit du lecteur. « Je ne veux pas les minimaliser, seulement imaginer ce que les personnages vivent.

Points faibles

Je n’en vois pas.

En deux mots ...

On découvre le Japon et sa culture, notamment à travers le fonctionnement des rapports sociaux dans la société. La relation entre parent et enfant est au cœur de cette petite fable. Le poids des mots est aussi un sujet central qui apporte un grande portée philosophique à ce roman subtil et délicat, sur la force des liens maternels, au delà des apparences.

L'auteur

Née au Japon, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis 1991. Et bien qu’elle écrive en français, ses romans sont très japonais dans leur essence. Hôzuki (le physalis) est le second volume de sa série débutée avec Azami (2014). Chaque volume de ses séries (Le poids des secrets, Au coeur du Yamato, et celle-ci) peut se lire indépendamment.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.