Livres/BD/Mangas

Jean Moulin, L'ultime mystère

La Résistance, grandeur nature
De Pierre Péan et Laurent Ducastel
Editions Albin Michel

Lu / Vu par

Jean-Pierre Tirouflet
Publié le 30 nov . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Pierre Péan revient aujourd’hui sur Jean Moulin en donnant ce  "Jean Moulin, l’ultime mystère", écrit en collaboration avec Laurent Ducastel. En relatant sa relation avec Antoinette Sachs, Péan livre un nouvel éclairage sur la vie et le rôle de Moulin dans la Résistance. Il démonte plusieurs des légendes noires de son héros, comme son supposé communisme, et propose de nouvelles clés pour expliquer la trahison dont il a été victime.
 

Points forts

L’ouvrage participe pleinement à la déconstruction du mythe d’une Résistance pure et désintéressée. Il en donne un tableau plein de bruit et de fureur où chacun joue sa partie pour se retrouver aux premières loges à la Libération. Tous les coups bas sont permis, y compris les compromissions avec l’occupant.

Les procès de Hardy, le traître supposé qui aurait livré Jean Moulin à la Gestapo, sont aussi l’occasion pour Péan de brosser la peinture de la France dans les premières années après la Libération. Au mépris de la vérité et d’une équité élémentaire, guerre froide aidant, chacun des acteurs concernés de la Résistance revisite les faits à l’aune de son attitude à l’égard du parti communiste.

Le portrait de Jean Moulin, victime des rivalités entre les mouvements de résistance, tour à tour séducteur et autoritaire, léger et accablé sous ses responsabilités, héroïque sous la torture, est nuancé, plus près de l’homme que du héros magnifié par le lyrisme de Malraux. En mettant ses pas dans ceux d’Antoinette Sachs qui s’est consacrée à faire éclater la vérité sur la mort de Jean Moulin, Péan construit son ouvrage comme un roman policier, en s’efforçant de répondre à quelques questions essentielles : qui a livré Moulin ? Y-a-t-il eu complot téléguidé par Londres ? Comment et pourquoi est née la légende d’un Moulin communiste ou compagnon de route ? Pourquoi le Ministre de la guerre a-t-il interdit la communication du dossier Hardy à l’instruction de son premier procès ?

Enfin les pages sur la “Panthéonisation“ de Brossolette, l’ennemi juré de Jean Moulin, sont assez savoureuses.

Points faibles

Au terme de la lecture, le mystère n’est pas vraiment dissipé ; on ne sait s’il y a eu complot ou si Moulin fut seulement victime d’un habile retournement d’agent par la gestapo. Le rôle du Général de Gaulle, dans toute cette affaire, reste flou et aurait mérité un peu plus de recherche et de mise en relief, alors que tout l’œuvre de Jean Moulin a précisément eu pour effet principal de donner au Général la légitimité qui lui a permis de prendre le pas sur Giraud à Alger et le contrôle du Gouvernement provisoire.

En deux mots ...

Un moment fort de la France décrit avec passion par un auteur qui mêle superbement petite et grande Histoire.

Une phrase

« En présidant son premier Conseil (National de la Résistance), Jean Moulin venait d’accomplir son grand œuvre en créant une légitimité à de Gaulle, qui pourrait désormais se présenter au nom d’une très large partie des forces qui n’avaient pas accepté l’armistice sur le territoire métropolitain. C’est à dire au nom de la France. »

L'auteur

Pierre Péan est un journaliste et écrivain bien connu, notamment par ses révélations sur la jeunesse de François Mitterrand. Le personnage de Jean Moulin, entre lumière et obscurité, lui tient manifestement à cœur, puisqu’il a déjà publié une biographie de l’unificateur de la Résistance, ainsi qu’un ouvrage sur Lydie Bastien, la maîtresse de Hardy,l'homme qui a probablement livré Moulin à la Gestapo.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.