Livres/BD/Mangas

La France du Big Brother

De Laurent Obertone
Editions Ring - 360 pages

Lu / Vu par

Isabelle de Larocque La Tour
Publié le 05 mar . 2015

Recommandation

3,0BonBon

A condition de prendre un peu de recul.

Thème

Big Brother s’adresse à Homo Domesticus,  animal sauvage à présent dégénéré, qui ne dépend plus que de son éleveur, l’Etat, après avoir perdu jusqu’à l’instinct de survie.

A travers une dizaine de lettres, adressées par divers agents du « Parti de l’intérieur » (cf "1984", d'Orwell) à Monsieur Moyen (vous, moi), Laurent Obertone pose la question : Ils vous empêchent de penser ; qui sont-ils ? Et de s’en donner à cœur joie pour désignerpoliticiens, journalistes, publicitaires, féministes, artistes, enseignants, juges, intellectuels et experts auto-proclamés, tous ceux qui s’emploient, selon lui, à nous transformer en  enfants  ignorants et envieux, programmés en creux pour être emplis du politiquement correct, grâce aux écrans omniprésents.

Points forts

Pour asseoir son argumentation, Obertone reprend méthodiquement les points forts de "1984" :

-       La négation de la réalité et la double pensée : Indignation vertueuse contre esprit critique.

"1984" : « L’hérésie des hérésies était le sens commun ( …). Après tout, comment pouvons-nous savoir que deux et deux font quatre ? Ou que la gravitation exerce une force ? ». Aujourd’hui, le déni du réel est flagrant, de la «théorie du genre» au «sentiment d’insécurité».

-        La mutabilité  du passé : Smith, le « héros » de "1984" est chargé de modifier les journaux anciens  pour les rendre conformes à la politique du jour ; aujourd’hui, on réécrit l’histoire, quitte à en supprimer des pans entiers dans les manuels scolaires pour ne retenir que les épisodes qui servent l’orthodoxie actuelle.

-       La novlangue : Dans "1984", la phrase est réduite à sa plus simple expression, de façon à en supprimer toute nuance (inbon, plusbon, doubleplusbon). Aujourd’hui, la langue s’est au contraire compliquée pour masquer la réalité; ainsi, certaines élucubrations absconses qui justifient le non-art contemporain.

-       Les deux minutes de haine journalières de "1984" contre  Goldstein, l’ennemi indispensable, sont le pendant du recours permanent à l’Extrême-droite avec cette phobie récurrente : ne pas faire le jeu du Front National.

Points faibles

-       Livre mal construit. Les chapitres sous forme de lettres un peu fourre-tout n’évitent pas les répétitions sur le thème « tous-pourris » ; une table des matières manque cruellement.

-       Violence du ton. Les attaques ad nominem  ( Aymeric Caron,  Edwy Plenel , BHL, Hollande, etc…) sont multiples et souvent drôles, mais leur virulence laisse un peu songeur. A trop vouloir prouver on manque parfois de crédibilité. L’excès finit par être dérisoire.

En deux mots ...

Obertone  témoigne d’un parti-pris bien revendiqué : coller à deux romans  célèbres   de politique- fiction ("Orange mécanique",  de Burgess;  "1984", d’Orwell) pour démontrer que leurs  auteurs  visionnaires ont anticipé notre société actuelle : violence, totalitarisme, conditionnement mental, mutation de la langue (nadsat, novlangue) interdisant l’expression de toute pensée organisée. Même si ces deux ouvrages sont véritablement terrifiants, le rapprochement est en partie crédible. Et encore, le livre   d’Obertone est sorti  fin 2014,  avant « l’esprit du 11 janvier » et le « padamalgam »…

Une phrase

p 95, cette phrase qui illustre bien la double-pensée :  « La guerre, c’est la paix. Ces armées de tolérants, ces légions de libertaires, ces bataillons de démocrates, ces régiments d’ouverts d’esprit consacrent leur temps libre à interdire par tous les moyens l’expression de pensées divergentes ».

L'auteur

Ecrivain et journaliste, Laurent Obertone s’est rendu célèbre avec un premier essai, « La France Orange mécanique», qui a fait un certain bruit dans le Landerneau des bien-pensants. Il récidive aujourd’hui avec ce nouvel opus, second d’une trilogie dont le dernier tome est  annoncé pour 2017.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.