EN MAI, DEUX CHRONIQUES PAR SEMAINE SUR NAPOLÉON... EN PLUS DE TOUTES NOS CHRONIQUES HABITUELLES

Livres/BD/Mangas

La Passion dans les yeux

généreuse, excessive, enthousiaste, attachante
De Andréa Ferréol
Éditions de L’Archipel - 230 pages
Publié le 05 mai . 2016

Recommandation

2,0BonBon

Thème

« Les projets sont plus importants à mes yeux que les réalisations passées », écrit paradoxalement Andréa Ferréol dans ce livre consacré à ses souvenirs. Sa formation, ses débuts, les succès, les échecs, la famille, les amis, les amours…, elle se raconte sans fard. En ouverture, elle lève le rideau sur sa relation de trente ans, restée pourtant discrète, avec Omar Sharif.

Points forts

1) La carrière d’Andréa Ferréol à ce jour, c’est une centaine de films au cinéma, plus de quatre-vingt téléfilms et environ trente-cinq pièces de théâtre. Elle a toujours beaucoup travaillé. Sa carrière est internationale : elle a tourné régulièrement en Italie, qui est devenue son deuxième pays, mais aussi en Grèce, en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis… Ses souvenirs sont donc variés et ses rencontres, hautes en couleur.

2) Chaque comédien célèbre, c’est la règle, compte dans sa carrière au moins un rôle marquant dans un film marquant, réalisé par un metteur en scène marquant, qui lui a apporté la reconnaissance du public. Pour Andréa Ferréol, c’est bien sûr le personnage de l’institutrice dans « La Grande Bouffe », de Marco Ferreri. Rousse, pesant 85 kilos, représentant à la fois la mère, l’épouse et la maîtresse, ce personnage correspond à un tournant dans sa carrière. Elle raconte sa préparation avec ses cinq repas quotidiens, le tournage « agréable et chaleureux » même si certaines scènes furent dures à jouer et la sortie du film, le scandale au Festival de Cannes. Instructif.

3) Des ses partenaires et de ses réalisateurs, elle fait des portraits tendres, affectueux même (Dirk Bogarde, Gérard Depardieu, François Truffaut, Fassbinder…) mais elle sait aussi donner des petits coups de griffe (Roger Hanin, Niels Arestrup, Sami Frey…) Savoureux.

4) Formée toute jeune aux Beaux-arts, Andréa Ferréol a gardé le goût de la peinture, de le sculpture, des couleurs…. Elle est à l’origine de la manifestation culturelle « Flâneries d’art contemporain dans les jardins aixois » (quel joli titre !)  à Aix-en Provence, sa ville natale, où tous les ans au mois de juin, depuis 2007, elle fait connaître l’art et l’artisanat dans toutes leurs dimensions.

5) Au fil de ces 230 pages, elle se révèle une femme généreuse, excessive, enthousiaste, travailleuse. Attachante.

6) Le livre, écrit avec la complicité de Joëlle Gardes, est bien construit. Il se lit très agréablement.

Points faibles

Parfois l’anecdote l’emporte sur l’information, mais c’est souvent le cas dans les livres de souvenirs des comédiens.

En deux mots ...

 « La Passion dans les yeux » retrace le parcours singulier et la carrière importante d’une comédienne de caractère, énergique et à fort tempérament.

Une phrase

« Un acteur, mais peut-être est-ce vrai pour tous les métiers, a besoin, dans cet ordre, de chance, de santé et de talent. » (Page 218)

L'auteur

Née en 1947 à Aix-en-Provence, Andréa Ferréol est une comédienne, rendue célèbre en 1973 par le film « La Grande Bouffe » de Marco Ferreri. Cinéma, télévision, théâtre, elle est sur tous les fronts et mène depuis cinquante ans une carrière internationale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.