Livres/BD/Mangas

Le Prince d'Aquitaine

Du sombre et bel ouvrage, magnifié par le langage
De Christopher Gérard
Editions Pierre-Guillaume de Roux - 168 pages

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 19 jan . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Le titre de ce roman n'a rien à voir avec la famille d'Aquitaine mais se réfère au titre d'un poème de Gérard de Nerval, "El desdichado"  (approximativement "le renié") : 
"Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
"Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
"Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
"Porte le Soleil noir de la Mélancolie...." 
C'est l'histoire d'un jeune homme dont le père, qui n'a de père que le nom, ruine obstinément l'existence sous le regard d'une mère pleurante et absente. Cet enfant réussira-t'il à se reconstruire devant ce nihilisme forcené imposé par son père ?

Points forts

- quel bonheur de déguster ce langage châtié qui va d'expressions surannées en vocables d'autrefois n'ayant plus cours mais tellement élégants, ces imparfaits du subjonctif de rêve tombés en désuétude et cette superbe fluidité d'écriture...
- comment ne pas être admiratif devant le caractère de ce jeune homme faisant front, avec un calme olympien et sans une once de ressentiment, à la folie d'un père aveuglé par sa passion du jeu, des femmes et de l'alcool ; il analyse la situation, enfant, avec la maturité d'un adulte en allant presque jusqu'à trouver des justifications à ce comportement d'une méchanceté inouïe 
- la description et l'explication de l'attitude du père sont quasiment chirurgicales, ce qui permet d'en supporter la lecture
- les personnages du grand-père, rescapé de la guerre, et de la grand-mère sont attachants ; la grand-mère est le seul être aimant dans cette famille ; elle seule essaie de protéger l'enfant des méfaits de son propre fils pour lequel elle a une estime toute relative

Points faibles

Je n'en ai pas vu.

En deux mots ...

Ce roman est une formidable réflexion sur les conséquences de l'attitude d'un père irresponsable et dévoyé, ayant développé une capacité de nuisance maximale envers un fils qui finit, un peu comme les enfants battus, par se demander s'il n'a pas une part de responsabilité dans l'affaire. La devise "never explain, never complain" trouve ici tout son sens.
L'analyse des sentiments de l'enfant vis à vis de son père fait penser à celle d'Amélie Nothomb, dans son dernier roman, "Frappe-toi le coeur", avec cette petite fille dont la mère était maladivement jalouse. 
"Le prince d'Aquitaine", c'est du bel ouvrage...

Un extrait

P. 114, lorsque le jeune homme décrit son existence: " Une enfance ratée, une adolescence pénible et un âge adulte qui s'annonce, disons, amer..."

L'auteur

Christopher Gérard (1962 - New-York) est un écrivain et essayiste belge de langue française.Il a publié plusieurs romans, dont "Le songe d'Empédocle", "Maugis" et "Porte Louise", et rédige des chroniques dans diverses revues (La Presse Littéraire, Spectacle du Monde, etc...). En 2009, il a publié avec succès "Aux armes de Bruxelles" et, en 2012, "Vogelsang ou la mélancolie du vampire".

Commentaires

Christopher Gérard
Le 21 jan. 2019
à 19h52

Merci infiniment pour cette bienveillante lecture de mon dernier roman!

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.