Livres/BD/Mangas

Le Prince de la Brume

De Carlos Ruiz Zafon

216 pages

Éditions Pocket Jeunesse

Tarifs : 6.70 euros

Lu / Vu par

Véronique David Martin
Publié le 04 fév . 2014

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

1943. Pour tenter d’échapper aux difficultés de la guerre, la famille Carver  gagne la côte anglaise et emménage dans une belle maison, qui cache hélas un lourd secret et est hantée par une présence démoniaque.

 Intrigués par l'histoire trouble de la maison et se sentant de plus en plus menacés par les ombres qui se referment sur eux, Max et Alicia, les enfants Carver, avec l’aide de leur nouvel ami Roland, explorent les alentours : le jardin aux statues vivantes, l'épave du cargo échoué dans la baie...

 De redoutables dangers les attendent. Une dette ancienne due au terrifiant Prince de la Brume doit être payée : la malédiction attend son accomplissement.

Points forts

1 L’histoire est palpitante et fort bien menée. Suspense, sombres secrets, moments de réelle terreur et représentation diabolique du « méchant » sont des atouts de poids pour accrocher le lecteur.

 2 Le mélange de réalisme et de fantastique est fascinant et annonce le superbe roman de Zafon (pour adultes),L’Ombre du Vent.

 3 Le style du roman au passé, à la troisième personne et avec des points de vue changeants, a des aspects en commun avec la forme du conte traditionnel. Littéraire et fluide, il sert efficacement et agréablement l’intrigue mystérieuse.

 4 Les thèmes de la responsabilité, de l’amitié, de l’amour et des liens entre le présent et le passé y sont bien explorés.

Points faibles

1 Les descriptions de l’Angleterre ne sont pas très convaincantes et n’évoquent pas les idiosyncrasies propres aux paysages et à la culture britanniques. Ce serait plus l’Angleterre d’Enid Blyton que l’Angleterre réelle.

 2 La période de la guerre n’est évoquée que superficiellement et avec quelques erreurs (par exemple, il n’y a pas de rationnement), et l’on se demande pourquoi l’auteur a choisi cette période historique alors que l’histoire aurait pu très bien s’en passer.

 3 Des erreurs de traduction, par exemple parlant de « madeleines » ou de « brioches » en vente dans une boulangerie en Angleterre en 1943, feront tiquer le lecteur adulte.

En deux mots ...

 En résumé, un roman court pour adolescents, dont l’intrique palpitante et bien écrite enthousiasmera les jeunes à partir de treize ans (selon l’éditeur) ou à partir de douze ans s’ils sont bons lecteurs (selon moi).

 PS : Ce livre est le premier tome d’une trilogie pour la jeunesse : le tome 2 s’intitule Le Palais de Minuit et le tome 3 Les Lumières de Septembre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.