Livres/BD/Mangas

L'Emprise

De Marc Dugain
Editions Gallimard

Lu / Vu par

Rodolphe de Saint Hilaire
Publié le 21 mai . 2014

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Les 2 leaders d’un grand parti politique s’affrontent en vue des primaires préludant aux prochaines élections présidentielles.

D’un côté, l’homme d’appareil et de réseaux, carré, sûr de lui malgré ses faiblesses et une vie compliquée. Il est soutenu par le PDG du fleuron français de l’industrie nucléaire, et le grand favori des sondages.

De l’autre, l’homme de démesure et d’argent, arriviste et opportuniste, qui ne recule devant aucun chantage, aucune manipulation ni marchandage nauséabond.

S’ensuit, sur un rythme haletant, une succession de manœuvres, coups bas et révélations mettant en scène scandales de corruptions internationales, de santé publique, de trafic d’influence sur fond de grand banditisme, d’assassinats, assaisonnés de séquences plus sensuelles mais brèves,  au parfum plus ou moins exotique. C’est actuel, réaliste mais jamais vulgaire, humain, quelque fois profond.

Points forts

1/ Marc Dugain évite le piège du fait divers politique grâce à ”l’épaisseur” de certains personnages secondaires ou annexes du roman. Un femme notamment, Lorraine, sorte d’espionne de la DCRI; son patron,  Ange (!), corse redoutable, un as du renseignement intérieur; deux ou trois ados à problèmes qui ne laissent pas de nous émouvoir; un syndicaliste otage (ou complice) de la CIA...

2/ Le style Dugain, incisif et percutant, avec suspense et rebondissements. On ne s’ennuie pas.

3/ C’est un “polar “, certes, mais assorti d’une morale ou tout au moins d’une réflexion politique. Elle est résumée dans le titre : “L’Emprise”.

C’est le thème de l’impuissance qui est traité ici, impuissance à laquelle sont réduits nos gouvernants face aux assauts de la mondialisation. Force est de constater que, en fin de compte, personne n’a le Pouvoir ; aucun changement n’est possible car le Pouvoir est ailleurs.

Points faibles

1/ Dans son effort de pédagogie l’auteur use et abuse parfois de références et de faits qui relèvent du cliché journalistique  ou du déjà vu. Ex: le risque sanitaire dû à l’incinération de déchets très polluants; le voilier éperonné par un porte container (ou un sous marin ?) fantôme...

2/ L’ensemble est un peu compliqué, avec beaucoup de personnages et de situations imbriquées ...

On aurait besoin d’images. Mais est ce un point faible,  car il y a dans “L’Emprise” matière à  la réalisation d’un excellent film et ça, Dugain sait faire...

En deux mots ...

Le Thriller de la Comédie Humaine

L'auteur

Marc Dugain, romancier et réalisateur français, né au Sénégal est, à 57 ans, l’auteur d’une quinzaine de romans dont les deux fresques politico judiciaires à succès que sont ”La malédiction d’Edgar” (Edgar Hoover à la tête du FBI pendant 50 ans ) et une “Exécution ordinaire”, qui nous raconte comment Vladimir Poutine, à l’époque patron du KGB, avait habilement maquillé le naufrage du sous marin atomique Koursk (il en a fait un film avec Henri Dussolier).

L’écrivain s’appuie d’ailleurs souvent sur des faits réels, tel le destin de son grand père, gueule cassée des premières semaines de la grande guerre, dans “ La chambre des officiers”, son premier ouvrage. 

Marc Dugain a déjà récolté près de 20 prix littéraires.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.