Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

Les Maraudeurs

L'une des meilleures surprises du premier semestre 2016 !
De Tom Cooper
Editions Albin Michel - 418 pages
Publié le 18 juil . 2016

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Direction Jeanette, petite ville imaginaire de Louisiane. Cette Louisiane dévastée en août 2005 par l’ouragan Katrina puis, cinq ans plus tard, par une marée noire qui a pollué ses côtes et frappé durement la pêche à la crevette, principale source des revenus locaux… Dans ce Sud américain et ses bayous, on croise des personnages qui balancent entre le souhait de quitter les lieux et le désir d’y demeurer,  parce que c’est leur terre, leur vie. Il y a des jumeaux psychopathes qui cultivent la marijuana en plein bayou, des losers condamnés à des travaux d’intérêt général, un ado de 17 ans qui a déjà des cheveux gris et qui est persuadé que son père est responsable de la mort de sa mère ou encore un employé de la BP qui débarque à Jeanette pour inciter les habitants, contre un chèque, à abandonner leurs plaintes en justice. Et puis, il y a Gus Lindquist. Il est pêcheur, il lui manque un bras, il est shooté aux antidouleurs et aux boissons fortement alcoolisées… Il a une idée fixe : retrouver le trésor du pirate Jean Lafitte; il est persuadé que ledit trésor est planqué dans les marais. Alors, héroïque Don Quichotte moderne, il arpente les lieux avec un détecteur de métaux. On l’aura compris, dans le bayou personne ne prend Lindquist au sérieux !

Points forts

-Un coup de maître pour un premier roman très réussi avec des personnages saisissants de vérité et d’intensité.

-De toutes les pages des « Maraudeurs », transpirent noirceur, drame et cynisme, et surgit un humour décapant.

-L’aisance avec laquelle l’auteur conte une histoire échevelée en tirant le meilleur du décor et des personnages.

-La maîtrise parfaite d’un texte au long cours (plus de 400 pages) et la sensation, pour le lecteur, qu’à aucun moment, les personnages n’échappent à leur créateur, Tom Cooper, qui explique : « Je suis neurotique et dépressif mais mon écriture ne vient pas dans la souffrance ».  

-L’écriture de Tom Cooper, toute aussi corrosive que joyeuse.

Points faibles

Face à la luxuriance et la magie diabolique des « Maraudeurs », certains pourront expliquer (et regretter) que Tom Cooper a mis « tout ce qu’il a en magasin » dans ce premier roman…

En deux mots ...

L'une des meilleures surprises du premier semestre 2016!

 

Une phrase

« Ils surgirent des entrailles ténébreuses du bayou comme des spectres, d’abord une lueur fantomatique dans le brouillard, puis le vrombissement d’un moiteur : un hors-bord en aluminium fusant sur la laque noire de l’eau. De loin, on aurait dit que les deux silhouettes étaient accolées, tels des frères siamois. A mesure que le bateau se rapprochait, ils se scindèrent en deux corps distincts dans la lumière des projecteurs grouillante de phalènes ».

L'auteur

Né en 1972 à Fort Lauderdale, en Floride, Tom Cooper a exercé divers métiers dont livreur de pizzas et vendeur de cigares. Puis il a été journaliste musical avant d’écrire des nouvelles pour une douzaine de revues américaines dont « Oxford American », « Mid-American Review » ou encore « Gulf Coast ». En 2010, il s’installe à La Nouvelle-Orléans et il y enseigne le « creative writing ».

En 2015, son premier roman, « Les Maraudeurs », a été publié par un poids lourd de l’édition US, Random House/Crown. Le grand Stephen King y est allé de son compliment : « Pétaradant, rageur, étourdissant… un sacré bon roman ! » Quant à la presse outre-Atlantique, elle a, dans son ensemble, comparé l’auteur à Mark Twain et Elmore Leonard (ça en impose d’emblée !) et salué ce livre, qui sera prochainement adapté pour la télévision sous le contrôle des producteurs de la série « Breaking Bad ». 

Quant à Tom Cooper, il assure ne pas se reposer sur le succès des « Maraudeurs » et travaille sur deux nouveaux livres, dont un roman. Et il ne manque pas de rappeler qu’il écrit depuis toujours : « J’ai écrit ma première nouvelle, « Midnight Sun », une histoire de ninjas, j’avais tout juste 5 ans ! ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.