Livres/BD/Mangas

Les promesses

Un médiocre, passé au scalpel avec talent
De Amanda Sthers
Editions Grasset - 302 pages

Lu / Vu par

Véronique Louvier-Jaulin
Publié le 19 nov . 2015

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Alexandre, surnommé Sandro, vit en France et passe les étés de son enfance à Porto Ercole en Toscane chez Nonno son grand-père paternel, richissime Italien revendeur d’alcool. Vittorio, son père, a renoncé peu à peu à la vie de diplomate dont il rêvait pour prendre la suite de l’affaire familiale; et sa mère, française issue d’un milieu simple, est rejetée par Nonno, dur et intraitable : «On ne croise pas les pur-sang avec les percherons».

Malgré tout, l’avenir semble être plein de douces promesses, jusqu’au jour où, à 10 ans, Sandro perd brutalement son père. Sa vie bascule. Il deviendra celui qu’il n’aurait probablement pas dû être.

Points forts

  • Une jolie écriture avec de belles tournures.
  • Les relations bien décrites, qui évoluent au gré du temps qui passe et des déceptions qui s’installent, entre Sandro et son grand-père, impitoyable et intolérant, de plus en plus distant quand il se rend compte que son petit-fils ne sera jamais celui qu'il espérait.
  • Un enfant orphelin de père trop tôt, une mère transparente, une lente déconstruction: adulte, incapable de donner, Sandro devient tout ce qu’il a haÏ chez son grand-père.
  • Les mauvais choix qui entraînent une fuite permanente et la reproduction des mêmes erreurs, pourtant tant reprochées aux autres.
  • Une amitié de jeunesse entre Sandro, Louis et Jacques, qui perdure au delà des années, des femmes, des goûts et des idées.

Points faibles

  • Un personnage central, Sandro, auquel on ne peut s’attacher tant il est médiocre. Et ça énerve. Par manque de courage, il plie, il renonce. A tout. Et surtout à l’essentiel.
  • On regrette de voir dans quelle solitude il finit par évoluer; on lui en veut de n’être que démission, incapable de tout. Il épouse des femmes qu’il n’aime pas, il a des enfants qu'il ne désire pas, il subit sa vie plus qu’il ne la vit. Et il passe à côté de la seule femme vraiment aimée...
  • De jolies phrases mais parfois un peu trop ciselées pour être dans la bouche d’un homme (ceci n'engage que moi évidemment...).

En deux mots ...

Vous voulez la recette d'une vie gâchée? Et bien elle est là. Renoncer à tout par lâcheté et faiblesse et prendre trop tard conscience de n'avoir pas été capable de vivre le seul véritable amour de sa vie. Et vieillir avec des regrets mêlés aux remords de n’avoir pas osé.

Amanda Sthers se met dans la peau de Sandro, écrit, pense, ressent au masculin. C’est parfois brutal, parfois sensible, souvent bien vu.

Une phrase

Qui seront trois:

- »Et pour la première fois, je comprendrais le sens des regrets qui me gifleront dans le sens contraire du vent»

- «Est-ce que tu crois, Laure, que la mort est le pays des secondes chances?»

- «Le bonheur me paraissait être une chose bien, une aspiration digne. L’existence s’est chargée de m’en décourager depuis»

L'auteur

Amanda Sthers, de son vrai nom Queffélec-Maruani, est née le 18 avril 1978. Elle est écrivain, scénariste et réalisatrice. 

«Les promesses» est son dixième roman.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.